Bernard Labadie nommé chef principal à New York

Le chef d'orchestre Bernard Labadie... (Photo Tristan Cook, fournie par l'Orchestra of St. Luke's)

Agrandir

Le chef d'orchestre Bernard Labadie

Photo Tristan Cook, fournie par l'Orchestra of St. Luke's

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

collaboration spéciale

La Presse

Bernard Labadie, chef fondateur des Violons du Roy, a été nommé chef principal de l'Orchestra of St. Luke's, ensemble bien connu qui se produit régulièrement à Carnegie Hall. Il entrera en fonction pour la saison 2018-2019, pour un mandat de quatre ans, mais dirigera deux concerts dès cette année.

Bernard Labadie dirigera l'orchestre le 2 juillet au festival du Caramoor Center for Music and the Arts, et à Carnegie Hall le 7 décembre. Fondé en 1974 par une vingtaine de musiciens, l'orchestre de chambre new-yorkais a eu précédemment comme chefs Sir Roger Norrington, Sir Charles Mackerras, Donald Runnicles et Pablo Heras-Casado. L'ensemble donne environ 80 concerts par année avec divers partenaires, mais le mandat de Bernard Labadie se limitera aux concerts inclus dans la saison de Carnegie Hall et à ceux qui sont donnés à Caramoor, soit environ quatre ou cinq par an.

«Le nombre de semaines de travail que cela implique n'est pas énorme et cela me convient parfaitement, surtout avec ce qui s'est passé dans ma vie dans les dernières années, dit Bernard Labadie. Je fais attention à la quantité de travail que j'accepte pour m'assurer de garder un équilibre et ma santé. C'est la qualité du travail qui m'intéresse, notamment la possibilité d'aller diriger des programmes majeurs sur l'une des plus grandes scènes de la musique classique au monde, Carnegie Hall. Cela représente une occasion formidable.»

Le fonctionnement particulier de l'Orchestra of St. Luke's a facilité cette entente avec le chef québécois. «C'est un orchestre dont la nature est différente de la plupart des autres, ajoute Bernard Labadie. Ce n'est pas un orchestre standard, dans la mesure où ce sont les musiciens qui ont le contrôle sur la programmation, l'embauche du personnel et l'embauche du chef. C'est pourquoi on ne me donne pas le titre de directeur musical, mais bien de chef principal. Autre particularité: ils ne produisent pas d'événements eux-mêmes, mais ils sont invités à jouer par différents diffuseurs et producteurs, et s'adaptent aux besoins. Leur formule est extrêmement souple. L'aspect le plus prestigieux de leur portfolio est leur association avec Carnegie Hall, dont je serai en charge. On va se concentrer sur mon répertoire, soit la musique baroque, classique et le début du romantisme.»

Établir une relation avec le Québec

Outre les concerts à Carnegie Hall, l'Orchestra of St. Luke's s'attend à ce que Bernard Labadie apporte des idées et de nouveaux projets, dont certains pourraient avoir des retombées pour les musiciens québécois.

«Ils ont un programme d'éducation très développé auprès des jeunes musiciens et des jeunes publics, dans lequel je vais éventuellement m'impliquer. Ils veulent que j'apporte de nouvelles collaborations et cela pourrait déboucher sur plus de concerts que la base actuellement prévue. Parmi les choses que j'ai mises de l'avant dès le début, il y a l'idée d'associer mon choeur, La Chapelle de Québec, à l'orchestre, pour au moins un projet par année à Carnegie Hall. Cette nouvelle association va me permettre de développer le volet américain de La Chapelle de Québec.»

Il n'est d'ailleurs pas exclu que l'Orchestra of St. Luke's vienne jouer au Canada, si un festival ou un autre diffuseur se montrait intéressé. D'autre part, Bernard Labadie demeurera chef des Violons du Roy, qu'il continuera de diriger régulièrement.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer