Yannick Nézet-Séguin au MET: «C'est l'apothéose de ma carrière de mécène», dit Jacqueline Desmarais

Jacqueline Desmarais soutient Yannick Nézet-Séguin depuis 1999.... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Jacqueline Desmarais soutient Yannick Nézet-Séguin depuis 1999.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

C'était jour de fête, jeudi, pour la mécène Jacqueline Desmarais. L'annonce de la nomination de son protégé Yannick Nézet-Séguin au poste de directeur musical du Metropolitan Opera de New York représente à ses yeux l'ultime consécration de la carrière déjà exceptionnelle du chef de 41 ans.

Jointe au téléphone jeudi à sa résidence montréalaise, Mme Desmarais s'est réjouie de constater l'élan d'enthousiasme qu'a provoqué la nouvelle tant dans le milieu musical qu'auprès du grand public. Son « jeune prodige », son « petit Yannick », comme elle l'appelle affectueusement, Mme Desmarais l'aime et le soutient depuis longtemps : depuis 1999 exactement.

« Je l'ai connu alors qu'il n'avait que 24 ans. J'ai tout de suite su que ce jeune musicien charismatique ferait une brillante carrière », a dit Jacqueline Desmarais à propos de Yannick Nézet-Séguin.

« Il n'est pas le seul. Je ne veux pas oublier Stéphane [Tétreault] et mes autres protégés. Mais aujourd'hui, c'est la journée de Yannick », indique la veuve de l'honorable Paul Desmarais C.P., C.C., ex-PDG de Power Corporation du Canada, propriétaire de La Presse.

Jeudi matin, Jacqueline Desmarais a pu enfin exprimer sa joie, son « extase » ainsi que plusieurs émotions qu'elle retenait depuis une semaine. « Peter Gelb [directeur général du Met] m'avait prévenue. Mais je ne pouvais pas en parler à personne. Pas même à Yannick... »

Rappelons que Mme Desmarais est membre du C.A. de l'institution new-yorkaise. Elle a également commandité de nombreux opéras du Met, dont une production de Carmen dirigée par Nézet-Séguin le 31 décembre 2009 - son premier comme chef invité du Met. « Ça demeure l'un de mes plus beaux souvenirs de concerts », avance cette passionnée d'opéra.

PAS UN GROS EGO

Quelles sont les qualités du prodige qui risque de laisser sa marque à New York au cours des prochains décennies ? Mme Desmarais loue son humilité. 

« À travers le monde, vous n'entendrez jamais un musicien parler en mal de Yannick. Tous les gens succombent à son charme, à son intelligence, à sa générosité. Il a un grand coeur », note-t-elle.

Selon elle, Nézet-Séguin est capable de leadership sans imposer son autorité ni terroriser les membres des orchestres qu'il dirige. Il n'est pas snob ni égocentrique. « Mais il a une vision, dit-elle. Regardez ce qu'il a fait avec l'Orchestre Métropolitain de Montréal. Avec sa direction, l'OM est devenu un ensemble de prestige. »

Pour Jacqueline Desmarais, la nomination du chef montréalais au Met représente rien de moins que « l'apothéose de [s]a carrière de mécène ». « Je suis très fière : Yannick va diriger l'orchestre le plus prestigieux au monde - celui du Met -, en plus de celui de Philadelphie. Il sera donc à la tête des deux plus importants orchestres en Amérique du Nord ! »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer