Un chef d'orchestre revisite deux disques d'André Gagnon

André Gagnon... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

André Gagnon

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Les albums d'André Gagnon Mes quatre saisons, sorti en 1969, et Les turluteries, en 1972, retrouvent une nouvelle vie grâce au chef d'orchestre et compositeur Daniel Constantineau.

L'étiquette ATMA propose André Gagnon baroque, une relecture des deux albums dans lesquels le compositeur revisitait déjà lui-même des chansons québécoises du XXe siècle, à la manière de Bach ou de Vivaldi.

Les pièces sont aujourd'hui interprétées au clavecin avec orchestre, des instruments pour lesquels elles avaient été composées par André Gagnon.

Le chef de l'Orchestre symphonique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, Daniel Constantineau, est au pupitre, accompagné du claveciniste Jean-Willy Kunz, premier organiste en résidence de l'Orchestre symphonique de Montréal. M. Kunz est aussi responsable du nouveau grand orgue de la Maison symphonique de Montréal.

L'Orchestre symphonique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, fondé en 2010, se consacre à l'interprétation sur instruments d'époque.

Dans ses albums Mes quatre saisons et Les turluteries, André Gagnon revisitait, à la manière baroque, des chansons des années 1960 de Jean-Pierre Ferland, Félix Leclerc, Claude Léveillée ou Gilles Vigneault, mais aussi les «turlutes» de la Bolduc, dans les années 1920 et 1930.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer