Les bijoux de la Castafiore adapté à Bruxelles

Les acteurs Michel de Warzee, Amani Picci et... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les acteurs Michel de Warzee, Amani Picci et Hélène Bernardy incarnent respectivement le capitaine Haddock, Tintin et la Castafiore dans Les bijoux de la Castafiore.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alix Rijckaert
Agence France-Presse
Bruxelles

Tintin, déjà apparu au cinéma et sur des planches de théâtre, monte pour la première fois sur une scène d'opéra, chez lui à Bruxelles, dans une adaptation des Bijoux de la Castafiore qui fait la part belle aux plus célèbres arias de l'art lyrique.

Album intimiste d'Hergé, à part même, paru en 1963, Les bijoux de la Castafiore est rythmé tout au long du suspense par les envolées lyriques de l'excentrique diva, qui s'est invitée au château de Moulinsart au grand dam du capitaine Haddock.

Après la disparition des bijoux de la cantatrice, dont une précieuse émeraude, Tintin et le duo comique des détectives Dupond et Dupont vont se lancer sur les traces du voleur, empruntant de fausses pistes avant de dénicher le coupable.

«J'ai toujours trouvé que c'était l'album le plus musical d'Hergé», confie à l'AFP le metteur en scène François de Carpentries, qui explique avoir réalisé «un rêve d'enfance».

L'opéra, dont la première a eu lieu jeudi soir, est donné jusqu'au 26 septembre en plein air au Château de La Hulpe, au sud de Bruxelles. Cette bâtisse du XIXe siècle, entourée de quatre tours aux élégants toits pointus, rappelle immanquablement Moulinsart.

D'autres dates, notamment en France, devraient suivre.

«Hergé est un génie, il est très visionnaire», s'enthousiasme M. de Carpentries, en rappelant que certains thèmes abordés dans la BD restent «brûlants». Comme les difficultés de communication entre les personnages, pourtant entourés de téléphones et autres médias «modernes» tels que la télévision, ou l'accueil des tziganes, les «Romanichels», forcés de vivre dans un dépotoir.

Tintin est interprété par Amani Picci, 13 ans. Question de génération, ce jeune fan de Céline Dion n'avait jamais lu de bande dessinée d'Hergé avant d'être choisi pour le rôle, mais il connaissait le jeune reporter intrépide par un dessin animé.

Il confesse avoir reçu, lors des répétitions cet été, «beaucoup de conseils pour apprendre à gérer le stress» devant un parterre de 1800 spectateurs. L'adolescent se dit en effet impressionné d'incarner «un emblème», une «légende».

«Perles de l'opéra»

Ce n'est toutefois pas Tintin qui tient le haut du pavé, mais la «très envahissante, très exubérante» Castafiore, souligne la soprano Hélène Bernardy.

Dans l'histoire, la diva de la Scala de Milan est venue fuir la presse à sensation à Moulinsart, ce qui met d'exécrable humeur son irascible hôte, le capitaine Haddock, dont les bordées de jurons ponctuent la représentation.

Jouer la Castafiore «est une vraie thérapie. Il faut jeter tous ses complexes au panier», observe Hélène Bernardy. Car son personnage est «extrême dans ses réactions et dans ses gestes», avec «une façon de ne jamais passer inaperçue».

Le risque, c'est de plonger «dans la caricature», souligne la soprano belge. La Castafiore «chante de très grands rôles, au Metropolitan à New York, à la Scala... Donc il faut rester chanteuse professionnelle et y ajouter tout le fun, le côté BD, rester fidèle à l'album».

Associé pour toujours à la Castafiore, le fameux Air des bijoux, extrait du Faust de Gounod, figure bien sûr en bonne place dans le spectacle, ainsi que d'autres «perles de l'opéra», selon M. De Carpentries, des morceaux de bravoure dignes d'une cantatrice à l'apogée de son art.

«Nous avons réfléchi à quel était le répertoire d'une diva de grand format. Car la Castafiore est non seulement un grand format physique mais aussi une grande chanteuse, qui maîtrise un répertoire très large, comme pouvait le faire la Callas», explique François de Carpentries.

Pour le récit, adapté des réparties très vives de l'album, les dialogues ont été réécrits sur des airs variés, tirés des grands classiques de l'art lyrique.

Cet opéra est produit par l'association belge Opéra pour Tous, qui depuis vingt ans veut attirer un large public vers des grands classiques de l'art lyrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer