Orchestre de Toronto: une pianiste prorusse écartée

Valentina Lisitsa a déploré que l'OST ait cédé... (Archives AP)

Agrandir

Valentina Lisitsa a déploré que l'OST ait cédé face à un lobby petit mais puissant qui prétend représenter toute la communauté ukrainienne.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Paola Loriggio
La Presse Canadienne
Toronto

L'Orchestre symphonique de Toronto (OST) a annulé la participation de Valentina Lisitsa pour le Concerto pour piano No. 2 de Rachmaninov, mercredi et jeudi, à cause de propos «profondément offensants» que la pianiste russophone aurait eus sur son compte Twitter relativement au conflit en Ukraine.

La pianiste, une Russe née en Ukraine mais qui vit maintenant aux États-Unis, aurait publié des commentaires sur Twitter dénonçant les atrocités de la guerre civile dans l'est et le sud de l'Ukraine, en particulier celles commises contre la minorité russe. Plus tard sur sa page Facebook, la pianiste de 41 ans indique qu'on l'a alors accusée d'«incitation à la haine».

Dans un communiqué, le président et directeur général de l'OST, Jeff Melanson, explique que Mme Lisitsa a été remplacée à la suite d'«accusations persistantes de médias ukrainiens concernant le langage offensant utilisé» par la virtuose. M. Melanson a soutenu qu'en tant qu'organisme culturel canadien d'importance, l'orchestre veut mettre l'accent sur la musique et non sur les polémiques soulevées par des propos qualifiés par certains de «profondément offensants».

Valentina Lisitsa, elle, a déploré que l'orchestre ait cédé face à un lobby petit mais puissant qui prétend représenter toute la communauté ukrainienne. Elle a indiqué qu'elle sera payée pour ne pas jouer, parce qu'elle a exercé sa liberté d'expression.

L'Association canadienne des libertés civiles s'inquiète de cette décision, qui semble n'être motivée que par la crainte de toute controverse, et non par le désir de pénaliser un collaborateur qui ne respecterait pas son employeur, estime-t-on. «On a du mal à voir le lien qui pourrait exister entre ses propos et son métier - ou la façon dont elle devrait l'exercer», a estimé Clara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales à l'association.

«Si l'orchestre voulait simplement éviter la controverse, ce n'est pas un motif suffisant pour écarter» Mme Lisitsa. «Les artistes pourraient en conclure que s'ils veulent travailler, ils doivent éviter tout propos impopulaire ou qui pourrait créer la controverse.»

La décision de l'OST a fait réagir les internautes sur les médias sociaux, plusieurs prenant la défense de la pianiste et de la liberté d'expression, et d'autres saluant la position de l'orchestre.

Mme Lisitsa avait joué à Niagara-on-the-Lake samedi dernier sans être inquiétée. La directrice artistique de Bravo Niagara!, Christine Mori, a indiqué qu'elle connaissait l'existence des propos de la pianiste sur Twitter avant de la mettre au programme. «Je savais qu'il pourrait y avoir des réactions négatives, mais nous avons décidé de ne pas nous en mêler», a-t-elle dit. «Je crois en la liberté d'expression.»

C'est le Torontois Stewart Goodyear qui remplacera Mme Lisitsa au piano, mercredi et jeudi à Toronto, pour jouer le difficile Concerto pour piano No. 2 de Rachmaninov, une pièce qui demande une grande virtuosité. La pianiste doit donner des concerts à Calgary les 5 et 6 juin prochains.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer