Saison 2015-2016 d'I Musici: «un tour panoramique»

Jean-Marie Zeitouni et l'ensemble d'I Musici de Montréal... (Photo: Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Jean-Marie Zeitouni et l'ensemble d'I Musici de Montréal ont dévoilé hier leur nouvelle programmation à l'église Saint-John The Evangelist, là même où ils présenteront leur série intime au cours de la prochaine année.

Photo: Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ensemble I Musici de Montréal et son directeur artistique, Jean-Marie Zeitouni, ont dévoilé hier la programmation de leur 32e saison à l'église Saint-John The Evangelist, là même où ils présenteront leur série intime I Concertini. La série principale de cette saison 2015-2016, I Grandi Concerti, sera produite à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Les mélomanes seront transportés virtuellement en Asie, en Russie, en France ou en Angleterre durant cette saison. Les répertoires explorés par l'orchestre de chambre seront une fois de plus très variés, de Bach à Tchaïkovsky en passant par Chostakovitch et Denis Gougeon.

Un concert consacré à Vivaldi mettra en relief le talent de Julie Triquet, violon solo d'I Musici. L'orchestre de chambre pourra compter sur des solistes réputés, notamment le violoncelliste Stéphane Tétreault, les pianistes Christian Blackshaw et Marika Bournaki, les sopranos Dominique Labelle et Kimy McLaren ou la mezzo-soprano Mireille Lebel.

Selon le maestro Zeitouni, la série I Grandi Concerti est ambitieuse.

«On met la gomme! L'orchestre sera augmenté jusqu'à 40 musiciens. Les artistes invités sont de stature internationale.»

«Je pense au pianiste anglais Christian Blackshaw, qui viendra interpréter le dernier concerto pour piano de Mozart. Du top niveau! Ce grand musicien n'est ni un gars de business ni un gars de spectacle. Il a un cheminement, une pensée. Une perle rare!

«Le deuxième programme de cette série comportera les trois premières cantates de l'Oratorio de Noël avec le Studio de musique ancienne, et ça s'inscrit dans le cadre de l'intégrale des cantates de Bach qu'a lancée la fondation Arte Musica. Nous présenterons deux fois ce programme.

«Au festival Montréal en lumière, nous jouerons l'avant-dernière symphonie de Chostakovitch (n° 14 en sol mineur op. 135). Symphonie méga profonde, qui nous parle de l'au-delà, et que le compositeur considérait comme sa plus achevée. C'est aussi marquant pour I Musici, car l'ensemble l'avait enregistrée au début des années 90.

«Le dernier programme de la série I Grandi Concerti accueillera le jeune Québécois Stéphane Tétreault, super interprète qui interprétera le concerto pour violoncelle de Schumann. Ce soir-là, on aura droit à une nouvelle composition de Denis Gougeon, important dans l'histoire d'I Musici puisqu'il a écrit pour les 15e et 30e anniversaires de l'ensemble. Je lui ai suggéré de faire avec lui un triptyque dont cette troisième oeuvre serait contrastée par rapport aux précédentes, sans toutefois lui imposer des paramètres stricts.»

SOUS LE TOIT ROUGE

Quant à la série I Concertini, elle a trouvé un toit... rouge.

«Puisque la salle Tudor de la maison Ogilvy a été acquise de Holt Renfrew, on ne peut plus y présenter cette série intime. Nous l'avons faite à la chapelle historique du Bon-Pasteur cette année, mais nous avons dû refuser du monde dans cette très belle mais trop petite salle. C'est pourquoi nous avons opté pour l'église Saint-John The Evangelist.»

Pour le maestro, les thématiques de cette série intimes sont «claires et poétiques».

«Nous y accueillerons des artistes émergents et nous prévoyons des collaborations. Dans le cadre du festival Métropolis Bleu, par exemple, nous inviterons des comédiens à lire les correspondances de Tchaïkovsky avec sa mécène, Nadejda Filaretovna von Meck. Ils se sont toujours écrit et ne se sont jamais rencontrés. Nous avons cru intéressant d'explorer cette pudeur.

«Nous avons aussi demandé à Claude Beausoleil, poète en résidence de la ville de Montréal, d'écrire sur les saisons d'ici, que nous associerons aux Quatre saisons de Vivaldi. Autre exemple : notre programme asiatique est construit autour de Liu Fang, qui maîtrise aussi bien le pipa que le guzheng, instruments traditionnels chinois à cordes pincées.»

Ainsi, souligne Jean-Marie Zeitouni, la 32e saison comportera des volets baroque, classique, romantique et moderne.

«Un tour panoramique! I Musici demeure cet orchestre de chambre moderne capable de faire de la création, mais aussi de la musique baroque sans être spécialiste du style. De l'ensemble peut également se dégager un style classique épuré ou une sonorité à bras-le-corps lorsqu'il investit le répertoire romantique. Il est donc généraliste dans le bon sens du terme, c'est-à-dire polyvalent et de fort calibre.»

Et quel est le liant de cette orientation généraliste?

«Les interprètes d'I Musici, répond leur chef sans hésitation aucune. La couleur caractéristique de cet ensemble est attribuable à leur engagement. Avec tout ce que je leur demande, je suis toujours surpris et ébloui de les voir chaque fois au rendez-vous. De mon côté, je m'applique à faire mes devoirs avec rigueur dans tous les styles investis, car j'estime être choyé par ces musiciens.»

Quatre propositions de concerts

L'idéal classique

Le 5 novembre, 20 h, salle Bourgie

S'il y a un premier choix à faire, c'est celui-ci: la première montréalaise du sexagénaire Christian Blackshaw, pianiste britannique qu'un enregistrement des sonates pour piano de Mozart a révélé à la planète classique il y a trois ans. I Musici nous fera découvrir ce «late bloomer» sur scène alors qu'il s'attaquera au dernier concerto pour piano de Mozart. À ce chef-d'oeuvre de l'âge d'or viennois, l'ensemble prévoit ajouter le Dumbarton Oaks Concerto pour 15 solistes de Stravinski ainsi la Cinquième symphonie de Schubert. Idéal classique, effectivement!

Des ténèbres à la lumière... puissance et intériorité

Le 25 février 2016, 20 h, salle Bourgie

Pour sa participation à Montréal en Lumière, I Musici propose l'avant-dernière symphonie de Chostakovitch, et enchaînera en 11 mouvements des poèmes de García Lorca, d'Apollinaire, de Küchelbecker ou de Rilke qui évoquent la mort, l'accès à l'au-delà. Suivra la brillante symphonie de Haydn dite «des adieux», au terme de laquelle les musiciens quittent la scène un à un, éteignant progressivement les bougies qui les auront éclairés jusqu'à l'atteinte de l'obscurité.

Vivaldi et ses Quatre saisons... pour Montréal

Les 24, 25 et 27 septembre 2015, église Saint John the Evangelist

Ce programme prévoit un tout autre tour de l'île, cette fois en musique, en poésie et en quatre saisons. Animé par Martin Thibault et s'inspirant des textes du poète en résidence de la ville, Claude Beausoleil, ce programme poétique sera juxtaposé aux incontournables Quatre saisons de Vivaldi, et qui mettront en vedette le talent de Julie Triquet, violon solo d'I Musici.

Tolstoï et Tchaïkovski superposés

Les 14, 15 et 17 avril 2016, église Saint John the Evangelist

Le programme russe de cette 32e saison s'inscrit dans le cadre du festival littéraire Metropolis Bleu. Voilà l'occasion de découvrir comment la musique a inspiré un écrivain de la trempe de Tolstoï ou encore les échanges épistolaires de Tchaïkovski et de sa mécène, qui n'ont jamais communiqué autrement que par la plume!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer