Un opéra signé Ibert et Honegger

En plus d'Étienne Dupuis (notre photo) en Metternich,... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

En plus d'Étienne Dupuis (notre photo) en Metternich, les autres interprètes de L'Aiglon sont tous d'ici: Julie Boulianne (remplaçant Michèle Losier en Marie-Louise), Philippe Sly, Marianne Fiset, Pascal Charbonneau, etc. Kent Nagano sera au pupitre.

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Gingras

L'Orchestre Symphonique de Montréal propose cette semaine une découverte: L'Aiglon, opéra en cinq actes, création conjointe de Jacques Ibert et Arthur Honegger d'après le drame historique d'Edmond Rostand, en version concert et «mise en espace», ce soir, jeudi et samedi, 20h, à la Maison symphonique.

L'oeuvre met en scène le jeune fils de Napoléon Ier et Marie-Louise d'Autriche, ce duc de Reichstadt surnommé l'Aiglon qui mourut loin de son pays à 21 ans, déchiré entre deux nationalités et deux visions politiques opposées. Selon une tradition voulant que les rôles de jeunes hommes soient tenus par des femmes, la pièce de Rostand fut créée en 1900 par Sarah Bernhardt (alors âgée de 56 ans!); de même, Ibert et Honegger ont confié à une soprano le rôle-titre de leur opéra, créé en 1937.

À l'OSM, on y entendra la Belge Anne-Catherine Gillet, 40 ans. Le baryton français Marc Barrard incarnera le fidèle Flambeau, ancien soldat de Napoléon, qui soutient l'Aiglon contre le chancelier Metternich, ennemi de la France. En plus d'Étienne Dupuis en Metternich, les autres interprètes sont tous d'ici: Julie Boulianne (remplaçant Michèle Losier en Marie-Louise), Philippe Sly, Marianne Fiset, Pascal Charbonneau, etc. Kent Nagano sera au pupitre. Chaque soir à 19h: causerie de Georges Nicholson.

Concernant la contribution de chaque compositeur à cet «opéra à deux têtes», Ibert aurait signé les premier et cinquième actes et Honegger, les trois du milieu. Interrogés à ce sujet, les deux amis répondirent, en souriant: «Nous nous sommes partagé équitablement la tâche: l'un a écrit les bémols, l'autre les dièses.»

L'Aiglon n'ayant été enregistré qu'une fois (en 1956 à la Radio Française, dir. Pierre Dervaux), les micros de Decca capteront la présentation de l'OSM pour ce qui sera la première gravure moderne de l'oeuvre.

À la salle Bourgie

L'Orchestre de chambre de Montréal, dir. Wanda Kaluzny, joue les Symphonies nos 4 de Beethoven et 17 de Haydn et accompagne la soprano Sarah Jo Kirsch, de Winnipeg, dans Hugo Wolf et Michael Matthews aujourd'hui, 12h et 20h, salle Bourgie. Même endroit demain, 19h30: Beethoven et Mozart par le violoncelliste français Marc Coppey, le pianiste montréalais Charles Richard-Hamelin et des collègues.

À Bourgie encore, vendredi, 20h, samedi, 16h, et dimanche, 14h: l'Orchestre baroque Arion, dirigé du clavecin par Alexander Weimann, et le clarinettiste Eric Hoeplich, de l'Indiana, dans Stamitz, Gossec et Richter.

Au Bon-Pasteur

À la Chapelle historique du Bon-Pasteur, trois stagiaires de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal chantent Mozart, Bizet et Donizetti jeudi, 12h; un trio à cordes joue Beethoven, Kodaly et Dohnanyi le même jour, 20h; le Quatuor Molinari joue et analyse Weinberg, Dusapin et Jean Lesage samedi, 14h; la pianiste Clara Després joue Bach, Schumann et Rachmaninov dimanche, 15h30.

Puccini à McGill

L'Atelier d'opéra de McGill et l'Orchestre de chambre McGill présentent Suor Angelica et Gianni Schicchi, extraits du Trittico de Puccini, jeudi et samedi, 19h30, Pollack Hall. Mise en scène: David Gately. Direction musicale: Boris Brott.

Dimanche

Christopher Jackson dirige le Choeur du Studio de musique ancienne dans 13 motets de Roland de Lassus dimanche, 15h, au Grand Séminaire. Même jour, 15h30, à l'oratoire Saint-Joseph: première partie du Chemin de la Croix de Marcel Dupré par Jonathan Oldengarm à l'orgue, avec projections et textes de Claudel lus par Mario Paquet.

Dimanche encore, 16h, Redpath Hall de McGill, la violoniste Yukari Cousineau et le pianiste Jean Saulnier offrent un programme Dvorak-Brahms-Schubert en souvenir de Jean Cousineau, le fondateur des Petits Violons. L'ensemble bien connu invite ses anciens membres à participer au concert de 50e anniversaire, le 3 mai. Info: 514 274-1736.

D'autres concerts

Le Duo Contracello (violoncelle et contrebasse) joue Boccherini, Marcello, Rossini et Piazzolla jeudi, 12h10, aux Mélodînes (salle Claude-Léveillée, PdA)... L'Orchestre à cordes du Conservatoire, dir. Louis Lavigueur, joue Bach, Mozart, Warlock et Suk samedi, 19h30, et dimanche, 14h30, salle Jean-Eudes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer