2CELLOS: les rebelles du violoncelle

Stjepan Hauser et Luka Sulic, deux violoncellistes que la... (Photo Andre Pichette, La Presse)

Agrandir

Stjepan Hauser et Luka Sulic, deux violoncellistes que la modestie n'étouffe pas, se sentaient à l'étroit dans l'univers classique.

Photo Andre Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

Collaboration spéciale

La Presse

Pendant leurs études, Luka Sulic et Stjepan (prononcez Stefan) Hauser étaient rivaux dans des concours de violoncelle. Ils se sont connus dans un camp d'été musical en Croatie, à 14 ans.

«Nous sommes tout de suite devenus amis, dit Stjepan Hauser. Nous étions tous les deux fous du violoncelle et nous répétions comme de vrais maniaques, plusieurs heures par jour.»

Le premier est né en Serbie, le second en Croatie. Ils ont fait des études supérieures en musique classique. Sulic est diplômé du Royal Academy of Music de Londres, tandis que Stjepan Hauser a étudié au Royal Northern College of Music, à Manchester. Il a même reçu des leçons de feu Bernard Greenhouse, membre fondateur du Trio Beaux-Arts et ancien propriétaire du fameux Comtesse de Stainlein, le violoncelle de Stéphane Tétreault!

Semer le troupeau

Avec le temps, ces deux rebelles que la modestie n'étouffe pas ont commencé à se sentir à l'étroit dans l'univers classique.

«Notre ego est trop grand pour jouer dans un orchestre. Il aurait fallu devenir des moutons et suivre les autres: bêêêê», lance Luka Sulic d'un ton moqueur, affalé sur sa chaise et les bras croisés derrière la tête comme une vedette rock.

«Nous nous sentions limités de jouer un seul genre de musique, ajoute Hauser. Dans la vraie vie, nous aimons tout: classique, populaire, rock, musique de film.Le violoncelle est un instrument incroyable, avec énormément de possibilités. On voulait faire la révolution et toucher un plus vaste public.»

Mais n'allez surtout pas leur dire qu'ils font du cross-over! Bien qu'elle lui aille comme un gant, le duo rejette cette étiquette avec dédain. «Le mot cross-over est associé à tant de choses médiocres, dit Luka Sulic. Des gens qui prennent des chefs-d'oeuvre comme la Symphonie no 5 de Beethoven et y ajoutent un beat techno. Ça sonne comme de la merde! Nous faisons le contraire en prenant des chansons rock ou populaires et en leur donnant une touche classique. Nous n'utilisons rien d'autre que le son du violoncelle et notre virtuosité.»

Sur leur disque, ils ont employé leurs instruments traditionnels en superposant parfois plusieurs pistes. Mais en spectacle, ils utilisent des violoncelles électriques pour obtenir une sonorité plus forte ainsi que des effets de guitare électrique, ce qui leur permet de jouer dans de grands amphithéâtres.

Ils emploient également des pédales d'effets pour superposer plusieurs lignes musicales et éviter d'utiliser des bandes sonores en concert.

Le succès

En 2011, ces drôles d'oiseaux ont diffusé sur YouTube une vidéo de leur version de Smooth Criminal, de Michael Jackson. Elle allait devenir virale et les propulser vers le succès. Après avoir vu cette vidéo, nul autre qu'Elton John les a appelés. Par la suite, ils ont joué plusieurs fois avec le chanteur britannique et ont paru avec lui à l'émission d'Ellen DeGeneres. Ils ont également joué dans un épisode de la populaire série télévisée américaine Glee ainsi qu'à l'émission de Jay Leno, entre autres.

Ils ont aussi joué avec le pianiste Lang Lang pour le gala télévisé du Nouvel An chinois à CCTV, émission qui attire annuellement 700 millions de téléspectateurs. Forts de tous ces succès, ils donnent maintenant 200 spectacles par an. Ils sont populaires surtout aux États-Unis, au Japon et en Australie.

«Nous sommes devenus bons amis avec Lang Lang, car nous avons beaucoup en commun avec lui, dit Luka Sulic. Il est passionné, plein d'énergie et d'imagination. Il joue d'ailleurs sur notre nouvel album, dans la chanson Live and Let Die

Au printemps, le duo entreprendra une tournée de 42 concerts dans 39 villes aux États-Unis.

«Ce que nous aimons le plus, c'est donner des spectacles, dit Hauser. On attire un public de tous âges. Quand quelqu'un nous voit une fois en spectacle, il devient fan pour toujours!»

CLASSIQUE POP

2CELLOS

Celloverse

Sony Music

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer