L'opéra à prix d'ami

Geneviève Colletta, soprano de 25 ans, et Julien... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Geneviève Colletta, soprano de 25 ans, et Julien Horbatuk, baryton de 27 ans, s'apprêtent à endosser les rôles-titres des opéras Suor Angelica et Gianni Schicchi. Tous deux élèves du réputé baryton John Fanning, ils ont étudié à fond leur personnage.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trop cher, l'opéra? Pas nécessairement! Les compagnies lyriques étudiantes ou de la relève offrent des productions où débordent le talent, la créativité et l'enthousiasme tout en étant accessibles à toutes les bourses. Deux d'entre elles proposent des spectacles ce week-end et la semaine prochaine.

L'Atelier d'opéra de l'Université de Montréal est reconnu pour la qualité de ses productions étudiantes, qui ont lieu une fois par an à la salle Claude-Champagne. Cette année, la compagnie présente deux courts opéras d'un seul acte chacun faisant partie du Triptyque de Puccini, soit Suor Angelica et Gianni Schicchi. Le drame et la comédie en un même soir avec des chanteurs dans la vingtaine bourrés d'énergie.

Geneviève Colletta, soprano de 25 ans, et Julien Horbatuk, baryton de 27 ans, s'apprêtent à endosser les rôles-titres de ces deux opéras. Tous deux élèves du réputé baryton John Fanning, ils ont étudié à fond leur personnage.

«Soeur Angélique est une femme issue de la noblesse qui a eu un enfant hors des liens du mariage, raconte Geneviève Colletta. Elle a été envoyée au couvent pour vivre dans l'oubli. Sept ans plus tard, en apprenant que son fils est mort, elle constate qu'elle n'a plus aucune raison de vivre et souhaite en finir en prenant un poison. Il faut que j'apprenne à incarner cette femme au destin tragique sans me laisser submerger par son état d'esprit, pour être quand même capable de chanter.»

À l'opposé, Gianni Schicchi est un personnage comique. Une occasion en or pour Julien Horbatuk, qui en est à sa dernière année d'études et se prépare à se lancer à la chasse aux rôles dans le monde lyrique.

«Gianni Schicchi est un bon rôle pour moi, car je gagne de l'expérience, dit-il. Après cette session, je me lance dans les auditions. Il faut qu'on se fasse voir un peu partout, qu'on établisse des contacts, car personne ne viendra nous chercher.»

Les productions étudiantes dégagent une énergie unique. «La différence entre ces productions et celles des professionnels se situe dans la naïveté, la soif de découverte et la fébrilité des jeunes. Ils sont généreux et ouverts à tout donner au public», dit Jean-François Rivest, qui dirige l'Orchestre de l'UdeM pour cette production.

D'autres établissements scolaires présentent des opéras à prix plus qu'abordables. C'est le cas d'Opéra McGill et du Conservatoire de musique de Montréal. En mai prochain, les étudiants du Conservatoire présenteront Didon et Énée (en anglais) d'Henry Purcell et The Old Maid and the Thief, de Gian Carlo Menotti, avec des billets à 11,50$ (6,50$ pour les étudiants).

Cendrillon

Une jeune compagnie lyrique est née il y a quatre ans à Montréal: Opera da Camera. À compter de ce soir, elle présente Cendrillon, de Jules Massenet, au Théâtre Rialto, avec la jeune soprano Carole Léger dans le rôle-titre.

«Notre objectif est de démocratiser l'opéra et de donner du travail aux artistes de la relève, dit Marco Perico, directeur de la compagnie. On fait des miracles avec peu d'argent. L'an dernier, nous avons fait Les Noces de Figaro quatre soirs pour seulement 18 000$. On a la chance de faire nos spectacles au Rialto, un théâtre ancien et magnifique, avec une petite salle qui permet aux spectateurs de se sentir proches des chanteurs. Les gens sont assis aux tables comme dans un cabaret. Ils peuvent même prendre un verre en écoutant; c'est vraiment sympathique.

Opéra Siegfried, de Richard Wagner, présenté au MET....... (Photo: fournie par le MET) - image 2.0

Agrandir

Opéra Siegfried, de Richard Wagner, présenté au MET.... et au cinéma.

Photo: fournie par le MET

D'autres aubaines lyriques

> Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal: Hänsel et Gretel

En mars, la compagnie présente Hänsel et Gretel, d'Engelbert Humperdinck, en collaboration avec l'École nationale de cirque. Les prix vont de 21,40$ à 79,19$ (comparativement à 58$ à 148$ pour une production de l'Opéra de Montréal). Les 22, 25, 27 et 29 mars, 19h30, salle Wilfrid-Pelletier.

> Opéra de Montréal: rabais pour les 18-30 ans

L'Opéra de Montréal propose des rabais substantiels aux spectateurs âgés de 18 à 30 ans. Ces derniers peuvent se procurer des billets pour 30$ chacun à la mezzanine et au balcon de la salle Wilfrid-Pelletier s'ils s'abonnent à au moins deux opéras durant la saison.

> Met Live HD: l'opéra au cinéma

Voir et entendre les meilleurs chanteurs du monde au célèbre Metropolitan Opera de New York, en direct et en haute définition, pour 25$ (un peu moins cher avec abonnement)? C'est possible dans une quinzaine de cinémas Cineplex au Québec. Attention: les billets, en vente à partir de la mi-août dans les cinémas participants, s'envolent très rapidement! La saison 2014-2015 comprendra 10 productions. Lien: www.cineplex.com/Evenements/MetOpera

________________________________________________________________________________

Suor Angelica et Gianni Schicchi, 27, 28 février et le 1er mars, 19h30, salle Claude-Champagne. Billets: 25$ (12$ étudiants).

Cendrillon, les 21, 22 et 28 février, 19h30, et le 23 février, 14h30, Théâtre Rialto. Billets: de 20$ à 45$.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer