Vivier et son importance

Claude Vivier, en 1979.... (Photo Pierre McCann, archives La Presse)

Agrandir

Claude Vivier, en 1979.

Photo Pierre McCann, archives La Presse

Partager

Claude Gingras
La Presse

Montréal/Nouvelles Musiques 2013 ne s'ouvre pas précisément avec de «nouvelles musiques» mais plutôt avec des reprises, preuve, sans doute, que la musique d'aujourd'hui a aussi ses «classiques».

Walter Boudreau, directeur artistique de la Société de musique contemporaine du Québec et organisateur de cette biennale, avait centré le concert d'ouverture sur Claude Vivier. Bien que disparu il y a 30 ans, dans les atroces circonstances que l'on sait (torturé, assassiné), Vivier semble toujours présent dans le paysage québécois, et même au-delà. Son importance fut reconnue immédiatement par certains, plus lentement par d'autres. Aujourd'hui, l'unanimité s'est faite, semble-t-il, sur ce qu'il représente.

Bien que remontant à plus de 30 ans, les deux oeuvres choisies par Boudreau sonnent encore aujourd'hui avec une originalité qu'on cherche en vain dans bien des oeuvres toutes récentes de compositeurs d'ici et d'ailleurs. Les 13 cordistes de Zipangu décrivent en sauvages clusters et sul ponticello grinçants le parcours désespéré et sans but d'une âme en détresse. À cette pièce de 17 minutes en succédait une plus courte, de six minutes: Hymnen an die Nacht - Hymnes à la nuit -, pour voix et piano, rendue avec force et présence par la très douée mezzo Marie-Annick Béliveau, chantant de mémoire, et Louise-Andrée Baril au piano.

Le bref concert - à peine plus d'une heure, sans entracte - se terminait par cet hommage à Vivier que Boudreau a intitulé La Vie d'un héros et qui est, en fait, un concerto pour violon en trois mouvements totalisant 30 minutes. L'oeuvre est constituée de très longues séquences tour à tour tonales, néoclassiques, extrêmement dissonantes, naïves même, avec un choral de Bach au milieu et des échos du Zipangu entendu plus tôt. De cet ensemble un peu décousu émerge ici et là le violon de Noémi Racine Gaudreault.

L'oeuvre figurait au concert de clôture du MNM de 2007, donné avec la même violoniste et un détachement de l'OSM, à Pollack Hall. L'impression avait alors été meilleure, tant au violon qu'à l'orchestre.

_______________________________________________________________________

SOCIÉTÉ DE MUSIQUE CONTEMPORAINE DU QUÉBEC. Ensemble de la SMCQ.  Dir. Walter Boudreau. Jeudi soir, salle Pierre-Mercure. Dans le cadre de Montréal/Nouvelles Musiques.

Programme:

Zipangu pour cordes (1980) - Claude Vivier

Hymnen an die Nacht, pour soprano et piano (1975) - Claude Vivier

La Vie d'un héros, pour violon, orchestre à cordes et percussions (1999, rév. 2002) - Walter Boudreau




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer