Après le Plateau, après Wilfrid-Pelletier...

Le 21 septembre 1963, C'est l'OSM qui a... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Le 21 septembre 1963, C'est l'OSM qui a donné le concert inaugural de la Place des Arts, dans «La Grande Salle». Ce n'est qu'en 1966 que la salle de concerts a pris le nom du chef d'orchestre de Montréal Wilfrid Peletier.

Photo: Archives La Presse

Claude Gingras

(BILLET) Entrer dans une toute nouvelle salle, écouter l'Orchestre Symphonique de Montréal dans un autre lieu que celui où on le retrouve depuis près d'un demi-siècle. J'ai connu l'expérience plusieurs fois lors des tournées de l'OSM que j'accompagnais en Europe et aux États-Unis. Je m'apprête maintenant à compléter une sorte de tournée des trois salles montréalaises que l'OSM aura connues en plus de 75 ans.

L'OSM a donné son tout premier concert le 14 janvier 1935 au Plateau, l'auditorium de 1300 places de l'école du même nom située au centre du parc La Fontaine. Appelé alors Orchestre des Concerts symphoniques de Montréal, le futur OSM allait s'y produire jusqu'en 1963, année de l'ouverture de la Place des Arts. Le Plateau -qui existe toujours- était d'architecture assez moderne et sonnait bien. Les soirs d'hiver, il fallait cependant enjamber les bancs de neige pour y parvenir!

L'une de mes premières affectations, en avril 1953, me fit découvrir Otto Klemperer, l'un des très grands chefs de notre époque -au sens propre et au sens figuré, car c'était un géant. Plus tard, j'y vis les légendaires Pierre Monteux, Charles Munch, Josef Krips et un jeune Claudio Abbado complètement inconnu. En 1957, Igor Markevitch, alors titulaire de l'orchestre, risqua le tout pour le tout en programmant avec succès Le Sacre du printemps de Stravinsky. La salle servait aussi au récital et accueillit les plus grands noms, de Horowitz à Rubinstein.

Avec les années, le besoin d'une salle plus grande et plus moderne se fit sentir. C'est alors que naquit, en 1963, la Place des Arts, bien qu'il ne s'agisse pas d'une «place» au sens étymologique du mot. La première salle à y être construite ouvrit le 21 septembre 1963 et constitua un sujet d'étonnement pour tout le monde avec sa capacité de quelque 3000 sièges, soit plus du double du Plateau. Au début, elle s'appelait simplement «La Grande Salle»; c'est en 1966 qu'elle prit le nom du chef d'orchestre montréalais Wilfrid Pelletier. Même phénomène cette fois encore: de «L'Adresse symphonique», on passe à «La Nouvelle Salle», tout simplement, en attendant de trouver un nom.

C'est l'OSM qui donna le concert inaugural du 21 septembre 1963. Wilfrid Pelletier monta d'abord au pupitre, suivi de Zubin Mehta, alors chef de l'OSM. À l'origine, l'inauguration devait comporter un festival auquel allait participer notamment le Covent Garden de Londres. Les décors de Lucia di Lammermoor étaient même arrivés: je les vois encore à l'arrière-scène. Mais un mouvement nationaliste entraîna une modification du programme et affecta jusqu'à la cérémonie d'ouverture. Le soir venu, pendant que les invités en tenue de gala écoutaient l'OSM, des manifestants, dans la rue, l'accompagnaient au cri de «Place des autres!».

La salle Wilfrid-Pelletier a servi depuis -et servira encore- à des centaines d'événements de toutes sortes: opéra, concert d'orchestre, ballet, récital, variétés. C'est également là que furent montées les grosses productions de La Scala de Milan, du Bolchoï de Moscou, des Opéras de Vienne, de Hambourg et de Stockholm, entre autres, pendant les six mois du Festival mondial d'Expo 67, qui demeure le plus important rassemblement de grands noms de toute l'histoire musicale.

Nous ne rejetons pas la salle Wilfrid-Pelletier: malgré ses défauts, elle est riche de souvenirs. Nous ne lui disons pas adieu non plus puisque l'Opéra de Montréal, d'autres aussi, lui restent fidèles. Nous allons simplement ailleurs, vers une nouvelle salle dont on sait qu'elle sera de dimensions plus «humaines»: 1900 sièges.

Dates importantes

1977-2002:

Pendant toute la durée de son mandat, le maestro Charles Dutoit réclame une nouvelle salle pour l'OSM.

1984

René Lévesque et Jean Drapeau procèdent à la première pelletée de terre au square Berri.

1986

Les élus pensent ériger la nouvelle salle à l'angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Prince-Arthur.

1995

Il est question de réaménager la salle Maisonneuve.

Février 2001:

Québec compte donner le feu vert à la construction d'une tour à bureaux à côté de la Place des Arts, qui inclura une salle pour l'OSM.

Février 2002:

Le premier ministre Bernard Landry dévoile les plans d'un complexe culturel de près de 300 millions de dollars: la Maison de l'OSM. Il promet que l'OSM aura sa nouvelle salle en 2006. Craignant que la gestion de la future salle n'échappe à la Place des Arts, le président de son conseil d'administration, Clément Richard, remet alors sa démission.

Novembre 2003:

Le projet de nouvelle salle pour l'OSM est remis à plus tard par le gouvernement Charest.

Juin 2005.

Québec annonce que la nouvelle salle de l'OSM s'inscrira dans le projet de Quartier des spectacles mis de l'avant par l'administration Tremblay, dans le cadre d'un partenariat public-privé.

Juin 2006:

Québec annonce que l'OSM sera doté en 2011 au plus tard d'une «salle de calibre mondial» de 15 000 m2, pouvant accueillir 1900 spectateurs et 120 musiciens.

Mars 2009:

Le gouvernement annonce que la nouvelle salle sera construite par le groupe immobilier Ovation, sous la supervision de la firme SNC-Lavalin.

Mai 2009:

Début des travaux.

7 septembre 2011:

Ouverture de la nouvelle salle.

Émilie Côté

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer