François Dompierre: une vie pour la musique

À 74 ans, François Dompierre, qui a des... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

À 74 ans, François Dompierre, qui a des centaines de partitions musicales à son actif, est dans une forme resplendissante.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

Rencontrer François Dompierre, c'est entrer de plain-pied dans l'histoire de la musique au Québec. C'est découvrir un homme sage qui ne regarde pas son riche passé et préfère nourrir de nouveaux projets. À l'occasion de la reprise de Demain matin, Montréal m'attend, ce brillant compositeur a ouvert les portes de sa mémoire.

François Dompierre est arrivé au Café Cherrier, là où on s'était donné rendez-vous, muni d'une canne. Il s'est empressé de me dire qu'une hernie discale expliquait la présence de cet objet gênant. Le compositeur s'était blessé lors d'un déménagement.

En effet, après de nombreuses années de bonheur à Sutton, le compositeur, arrangeur et pianiste s'est décidé à revenir à Montréal. «Ce qui m'inquiète le plus, c'est la randonnée que je dois faire avec une douzaine de personnes très bientôt à Saint-Jean-de-Luz», me dit-il en balançant sa canne sur la banquette.

À 74 ans, celui qui a des centaines de partitions musicales à son actif est dans une forme resplendissante. Tout en me disant plusieurs fois qu'il ne vit pas dans le passé, il prouve qu'il a la mémoire vive et le verbe précis. Suffisamment pour qu'il puisse me raconter en détail la création de Demain matin, Montréal m'attend, qu'il a composée avec Michel Tremblay en 1970 et qui fait l'objet d'une reprise au TNM.

«Je rentrais d'une tournée avec Jacques Brel et Renée Claude, et j'avais en tête de faire une comédie musicale sur la vie du Christ. J'ai pensé à Tremblay, qui avait à ce moment-là le vent dans les voiles. On s'est rencontré, et Tremblay m'a dit: ‟C'est une bonne idée, sauf que c'est déjà fait et ça s'appelle Jesus Christ Superstar." J'étais un inculte dans ce domaine, et l'anecdote le démontre assez bien.»

Faire des chansons rapidement

Tremblay ne se laisse pas démonter par cette faiblesse du compositeur qui a déjà signé, à l'époque, plusieurs chansons et quelques musiques de film. L'auteur des Belles-soeurs lui parle d'un projet de «floor show» qu'il s'apprête à faire avec son ami André Brassard et qui doit être présenté au Jardin des étoiles.

«Tremblay m'a tendu une feuille, raconte Dompierre. C'était le texte de Demain matin, Montréal m'attend. J'ai improvisé sur-le-champ. Je me suis dit : la fille vient de Saint-Martin, je vais faire une petite gigue. Je ne me suis pas censuré. J'ai fait cela comme je fais mes chansons. Et pour moi, les chansons qui ont pris le moins de temps à faire ont été les meilleures. Ça s'est passé comme ça pour L'âme à la tendresse [immortalisée par Pauline Julien], et c'est comme cela que nous avons travaillé, Tremblay et moi, durant tout ce projet.»

Jusque-là, Dompierre avait surtout écrit des chansons pour Renée Claude, Stéphane Venne et lui. Celles qu'il composait pour le plus grand plaisir de Tremblay et de Brassard devaient toutefois former un tout. «Nous avions peu d'expérience en comédie musicale au Québec. Le Théâtre La Marjolaine présentait du théâtre musical, mais ça se résumait à cela.»

«Tremblay connaissait les comédies musicales américaines de Broadway. Il avait compris que l'auteur doit s'effacer de manière à créer un état d'osmose avec le compositeur. Ça doit devenir une oeuvre unique et non une oeuvre de théâtre avec des chansons plaquées dessus.»

L'artiste a terminé les arrangements musicaux des chansons (auxquels on est resté fidèle dans la production du TNM, mais qui sont interprétés avec un plus petit nombre de musiciens) alors qu'il était en Provence. Il a envoyé les partitions par avion.

Habitué à travailler avec des chanteurs, François Dompierre savait qu'il allait composer des mélodies pour des gens qui étaient à la base des comédiens, dont Denise Filiatrault et Denise Proulx.

Un succès instantané

«J'ai toujours été proche du théâtre. Quand j'étais au conservatoire, les musiciens étaient au cinquième étage et les comédiens, au quatrième. J'étais toujours rendu là. D'abord parce que les belles filles étaient au quatrième et que je trouvais les musiciens plates. Pour Demain matin, Montréal m'attend, on a fait le casting ensemble. Brassard et Tremblay étaient très respectueux à mon égard. Ils me faisaient confiance. Ils me demandaient toujours mon avis. On savait que Louise Forestier chantait et qu'elle avait fait l'École nationale de théâtre. Brassard avait très envie de travailler avec elle.»

La création de Demain matin, Montréal m'attend a eu lieu le 4 août 1970 au Jardin des étoiles devant un public enthousiaste. 

«Ça a été un succès instantané. La chanson-thème était déjà un ver d'oreille pour Tremblay et Brassard, et elle l'est devenue pour les spectateurs. Ça a marché sur scène, mais pas à la radio.»

En 1972, la comédie musicale a été reprise à la Place des Arts et au Grand Théâtre de Québec. Sept chansons ont été ajoutées. Puis, en 1996, il y a eu la mise en scène de Denise Filiatrault. «Là, c'est devenu un vrai show de Broadway. Denise, elle connaît ça.»

Avant de plonger dans cette aventure, François Dompierre ne connaissait rien au monde des cabarets et des travestis. «Je viens d'un milieu plus bourgeois que Michel. Il vient du Plateau; moi, je viens de Hull. Ma mère, qui a fréquenté Félix Leclerc, était d'Ottawa. Je connaissais un peu les coquineries, ça m'excitait beaucoup. Tremblay et Brassard sont gais. À l'époque, ça se disait à peine. Je savais que ça existait et je trouvais cela très cool de travailler avec ces gars.»

Des projets à la tonne

Demain matin, Montréal m'attend a été créée il y a bientôt 50 ans. François Dompierre continue de nourrir une passion pour ce genre musical. Il travaille actuellement à une adaptation pour la scène du film Is Paris Burning? de Larry Collins et Dominique Lapierre qui, si elle est produite, sera présentée à Broadway.

«Je travaille avec un auteur de New York. Vous savez, avoir une idée de comédie musicale, c'est facile; l'écrire, c'est du travail, mais la monter, c'est la croix et la bannière.»

Parmi les autres projets de François Dompierre, il y a un concerto de violoncelle pour Vincent Bélanger, un musicien qui travaille beaucoup en Chine. Il y a également une fantaisie pour piano et orchestre dont la partie piano n'est pas écrite. 

«Le pianiste voit ce que l'orchestre joue et il doit improviser sa partie, explique François Dompierre. Il n'y a jamais deux versions pareilles.» Cette oeuvre, qui a pour titre Fantaisie pour fantôme et orchestre, sera interprétée en novembre à Montpellier, en France.

Au moment de notre rencontre, François Dompierre se préparait à participer de nouveau à la Fête de la musique de Mont-Tremblant. L'an dernier, il y a vécu un véritable choc. «Je donnais une conférence et, à la fin, j'ai demandé à ceux qui le voulaient de venir s'asseoir à côté de moi, au piano. Une femme s'est levée et m'a dit qu'elle improvisait avec sa voix. Je me suis dit intérieurement: ‟Bon, matante va venir chanter". Elle s'est installée et s'est mise à improviser avec moi. Ç'a duré huit minutes. Ç'a été un des plus grands moments musicaux de ma vie. On a retravaillé sept ou huit fois ensemble. Elle se nomme Carole Aveline. C'est une incroyable improvisatrice. On va retravailler ensemble.»

François Dompierre me parle également d'un projet de disque avec des interprétations en anglais de certaines chansons de Félix Leclerc, en compagnie de sa nièce, Geneviève Dompierre-Smith.

Il me parle aussi de jeunes compositeurs qu'il aime : Guillaume Martineau, Martin Léon, Maxime Goulet. «Il faut dire, à leur corps défendant, qu'ils arrivent à un mauvais moment. Ils sont plusieurs à vouloir vivre de la musique. Au Québec, quand on décide de faire de la bière, du fromage et de la musique de film, on en fait jusqu'à plus soif.»

_______________________________________________________________________________

Demain matin, Montréal m'attend reprend l'affiche du TNM du 19 septembre au 22 octobre, avant de partir en tournée au printemps prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer