Ogden Ridjanovic: Alaclair à la source

Ogden Ridjanovic partage son temps entre le duo... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Ogden Ridjanovic partage son temps entre le duo pop-rap Rednext Level, le collectif Alaclair Ensemble et l'animation des soirées de street impro Le Punch Club.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Moitié chevelue du duo pop-rap Rednext Level, instigateur des soirées de street impro Le Punch Club, «marketeur» de la musique au temps du numérique, Ogden Ridjanovic porte plusieurs casquettes. Mais cet automne, sa longue crinière frisée se remuera d'abord au sein du collectif «post-rigodon» Alaclair Ensemble. La troupe de hip-hop a fait mûrir 13 nouvelles chansons sur Les frères cueilleurs, et compte bien les faire partager sur la route du Bas-Canada.

Sur Toute est impossible, paru en 2014, les saltimbanques avaient puisé dans leur coffre à outils et étendu considérablement leur terrain de jeu. Les revoilà plus circonspects, «old school»: martèlement de rimes et matraquage de sons électros au service de la fête.

«C'est la première fois qu'on se dote d'une ligne directrice plus serrée. Sur nos deux albums précédents, on a voulu toucher à un maximum de genres. Cette fois-ci, on sentait le besoin de revenir à la base du rap: des beats et des verses

Dans le bruit des projets connexes de tout un chacun, la création de ce quatrième album a été rendue possible grâce à la bonne vieille formule de la retraite. Deux fois une semaine, dont la première dans un chalet «fucking luxueux» en Mauricie. La reliure de règlements à l'intention des locataires inspirera Coucou les coucous. «Interdit de bouger le mobilier, no smoking allowed», se moque Alaclair sur la pièce d'ouverture.

Le groupe Alaclair Ensemble lancera l'album Les frères cueilleurs le 16 septembre.... (Photo Jerry Pigeon, fournie par Alaclair Ensemble) - image 2.0

Agrandir

Le groupe Alaclair Ensemble lancera l'album Les frères cueilleurs le 16 septembre.

Photo Jerry Pigeon, fournie par Alaclair Ensemble

Moins dansant, plus dense

Le vernis surréaliste propre à Alaclair laisse cette fois entrevoir des constats plus sévères sur l'éducation, la célébrité ou - thème récurrent - la drogue. «On a une écriture automatique qui se rapproche du cadavre exquis et, des fois, on ne découvre les textes qu'à l'enregistrement. On se fait confiance parce qu'on est fans les uns des autres. Mais la démarche, moins dansante, permettait une réflexion plus dense», dit Ogden.

Si les lurons se font plus classiques dans le fond, il en va de même pour la forme. Habituée des ingéniosités (anti)marketing pour fidéliser ses fans, la troupe s'est prêtée au jeu de l'industrie : maison de disques, sortie de vidéoclips (Alaclair HighSauce pois), agence de marketing et lancements officiels.

«C'est la seule méthode qu'on n'a jamais essayée, rigole Ogden. Et c'est cohérent avec l'album: on veut que la musique parle d'elle-même.»

«On est officiellement rentré dans' gang des mononcs», répète Alaclair sur son premier single. Nostalgie? Dérision? Une célébration de la fratrie plutôt qu'une autocritique, assure Ogden. «Notre groupe existe depuis six ans. La plupart des membres ont eu des enfants. On est une entreprise familiale.» 

Et quelle famille!

SA RENTRÉE

Alaclair Ensemble lancera son album Les frères cueilleurs le 16 septembre au Club Soda. Une tournée de concerts partout au Québec sera annoncée le 19 septembre.

Les soirées d'improvisation Le Punch Club, dont Ogden est le cofondateur et maître de cérémonie, se poursuivront à l'automne à Montréal, Québec, Boisbriand, Sainte-Thérèse et Saint-Hyacinthe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer