Essaie pas: l'union fait la force

Composé de Pierre Guerineau et de Marie Davidson,... (PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE)

Agrandir

Composé de Pierre Guerineau et de Marie Davidson, le duo québécois Essaie pas, qui chante en français, s'est fait remarquer par les médias internationaux avec la sortie de l'album Demain est une autre nuit.

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marie Davidson et Pierre Guerineau sont unis par les liens du mariage, mais l'ont été d'abord par ceux de la musique. L'union a porté ses fruits: le nouvel album d'Essaie pas, duo qu'ils forment depuis six ans, vient de sortir sous la célèbre étiquette new-yorkaise DFA Records, fondée par James Murphy (LCD Soundsystem), Tim Goldsworthy et Jonathan Galkin. Depuis sa sortie, Demain est une autre nuit génère de l'intérêt auprès de médias internationaux, notamment The Guardian, Pitchfork, Fader, Noisey et NPR.

Réunis dans un salon de La Petite-Patrie, Marie Davidson et Pierre Guerineau décrivent la trajectoire de leur projet commun.

Marie: «Ce fut d'abord un projet de rock expérimental. C'était planant, psychédélique, proche des musiques de David Lynch et d'Angelo Badalamenti. Il y avait aussi des influences de krautrock: Can, Faust, Cluster, Kraftwerk, Neu!, etc.»

Pierre: «C'était aussi blues, même parfois country. Même au départ, nous avions des goûts très variés: ça allait aussi de The Doors à Suicide en passant par Royal Trux. J'ai moi-même appris la guitare en écoutant Sonic Youth, si vous voyez l'affaire.»

Nos interviewés aiment aussi les musiques plus sérieuses, influences indirectes d'une approche pourtant simple a priori.

Pierre: «Nous avons écouté les minimalistes américain: Philip Glass, Steve Reich, La Monte Young, Robert Ashley.»

Marie: «On adore la musique contemporaine instrumentale. Pierre et moi sommes aussi de grands fans de cinéma. Ça se reflète dans notre travail: la musique de film induit des textes et des chansons particulières.»

Vers 2012, Essaie pas a freiné sa production. Une importante transition stylistique s'est alors amorcée. 

Pierre: «À ce stade, on jouait toutes sortes d'instruments: guitares, violon, batterie, etc. Or, je suis un piètre batteur. On a donc décidé d'intégrer une boîte à rythmes que Marie possédait. Elle jouait déjà du synthétiseur, alors notre affaire a pris une direction électronique. À mon tour, je me suis intéressé aux machines.»

Marie: «De mon côté, le déclic s'était produit lorsque je me suis procuré un séquenceur pour mon projet solo. Parallèlement, nous nous sommes mis à écouter plein d'autres genres musicaux comme la musique industrielle, l'electronic body music (EBM), l'italo disco, la techno, l'ambient et même du new age

«Lorsque nous composons, cependant, nous ne pensons plus à nos goûts et nos influences: nous communiquons ensemble et avec nos machines», affirme Marie Davidson.

Le tournant

Ce que créent Pierre Guerineau et Marie Davidson demeure une pop d'avant-garde multigenre. En témoignent les albums, singles et maxis réalisés par le tandem depuis 2011. Musiques confinées à l'underground? Essaie pas l'est resté jusqu'à ce qu'un événement déterminant les extirpe du souterrain local.

Pierre: «Un soir à Montréal, on ouvrait pour Factory Floor, un groupe sous étiquette DFA. Kris Peterson, un des nouveaux dirigeants du label, assistait au concert. Il a aimé notre show, puis nous lui avons remis nos premiers enregistrements. Nous avons ensuite échangé à distance, nous nous sommes mis d'accord sur les chansons à mettre sur un éventuel album et voilà, nous avons été mis sous contrat.»

Marie: «Nous avons pleine liberté de création. Nous ne ferions pas affaire avec un label qui voudrait intervenir dans notre production. Depuis un an, nous jouons les pièces de cet album, et nous en avons plein de nouvelles que nous nous apprêtons à proposer sur scène.»

Pourquoi l'approche d'Essaie pas séduit-elle à ce point? Pour le jeu subtil des références, pour la sensualité et la pertinence de ses protagonistes, pour la dimension poétique de la proposition. Demain est une autre nuit, d'ailleurs, exploite le thème de l'obsession sous un angle poético-sonore.

Pierre: «Ce n'était pas un choix conscient, mais le thème de l'obsession est devenu récurrent sur cet enregistrement. En général, toutefois, nous aimons des textes et des titres de chansons qui laissent place à l'interprétation; l'auditeur peut y projeter sa propre histoire, ses propres fantasmes.»

Marie: «Nous ne privilégions pas les grandes déclamations. Nous nous servons aussi du texte comme d'un instrument de musique. Les mots doivent s'intégrer à la musique, ils sont choisis pour leur sonorité propre et leurs qualités rythmiques. Nous soignons nos textes, mais nous allons toujours en privilégier la musicalité.»

Les textes d'Essaie pas sont généralement rédigés en français, faut-il souligner. Exploit chez les Anglo-Américains?

Pierre: «C'est étonnant que les non-francophones comprennent l'intention émotive et le propos de nos paroles. Bien sûr, il y a sûrement un côté exotique dans tout ça...»

Marie: «Cela peut être mystérieux, mais les gens parviennent quand même à sentir la vibration, l'esthétique.»

____________________________________________________________________________

ÉLECTRO. Demain est  une autre nuit. Essaie pas. DFA Records. Lancement officiel le 5 mars  à la Sala Rossa, 22 h.

Qui est Marie Davidson?

Marie Davidson est aussi connue pour sa production solo ainsi que pour ses participations aux Momies de Palerme ou encore au projet DKMD. Elle est la fille de la poétesse, écrivaine, performer et directrice artistique des Filles Électriques, D.Kimm.

Qui est Pierre Guerineau?

Natif de Bretagne, Pierre Guerineau a voyagé de par le monde avant de poser ses valises à Montréal il y a exactement 10 ans. Il y mène depuis une vie d'artiste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer