Simple Plan: rester dans la course

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'expérience aidant, les gars de Simple Plan s'attendaient à produire leur cinquième opus en quelques mois. Il leur aura finalement fallu deux ans pour concevoir Taking One for the Team, qui sort vendredi. Entrevue avec un groupe qui ne ménage pas les efforts pour continuer d'impressionner ses fans.

La franchise des membres de Simple Plan est désarmante. Avec neuf millions d'albums vendus et des fans partout dans le monde, ils pourraient répondre aux questions des journalistes avec un certain détachement. Pas leur genre. Pour parler de leur nouvel album, ils s'excusent de nous recevoir dans un studio de répétition au lieu d'«un hôtel chic comme le font bien des chanteurs» et prennent le temps de répondre à tout, sans filtre.

Le groupe lance vendredi un cinquième album dont il est fier: «J'ai l'ultime conviction que lorsque nos fans vont entendre ce disque, ils vont l'aimer, dit le batteur Chuck Comeau, assis aux côtés du chanteur Pierre Bouvier. Maintenant, est-ce que nous allons fracasser les palmarès? Je ne le sais pas. Mais nous ne l'avons pas fait à moitié; nous n'avons pas tourné les coins ronds.»

Les deux artistes disent avoir travaillé beaucoup plus fort qu'ils l'auraient imaginé pour offrir les 14 titres de ce nouvel opus: «Au début, on se disait: "Ça va être fini après trois, quatre mois." Nous étions confiants, mais, finalement, ça a dégénéré», explique Chuck.

Il aura finalement fallu 24 mois à Simple Plan pour pondre Taking One for the Team: «L'album était fini au complet, nous étions en septembre ou en octobre et, lorsqu'on l'écoutait, nous n'étions pas convaincus. Nous sommes donc retournés en studio. Nous avons passé un mois à composer trois autres tounes: Opinion Overload, Nostalgic et Farewell. Maintenant, ce sont trois de mes préférées», confie le batteur.

Son grand ami poursuit: «C'est sûr que nous pourrions continuer à faire des albums et à avoir une carrière correcte en jouant devant 1000, 3000 personnes autour du monde. Mais nous avons envie que ça continue au même niveau qu'autrefois ou même encore plus. On ne veut pas que ça diminue et que ça devienne graduellement moins excitant», dit Bouvier.

Le bon dosage

«D'après moi, une des raisons pour lesquelles nous sommes encore là aujourd'hui est que nous avons toujours mis beaucoup d'efforts sur nos chansons», explique Chuck Comeau, qui a cofondé le groupe en 1999.

«Pour plusieurs groupes, un nouvel album est un prétexte pour partir en tournée parce qu'ils ont besoin de faire de l'argent. Nous sommes dans une position confortable où on peut prendre notre temps et faire quelque chose dont nous sommes vraiment fiers.»

À Los Angeles, dans le studio de leur réalisateur Howard Benson (My Chemical Romance, The All-American Rejects), il y avait un désir de produire un album diversifié; des titres aux sonorités typiques du groupe, mais aussi quelques-uns qui dérouteraient leurs admirateurs de la première heure, comme l'extrait I Don't Wanna Go to Bed: «C'est toujours intéressant d'explorer différents sons, différentes ambiances. Et avec la voix de Pierre, l'approche musicale et les arrangements, ça reste nous», dit Comeau.

Les deux acolytes se sont arraché les cheveux pour écrire des chansons qui plairaient à tous les membres du groupe - aussi composé de Sébastien Lefebvre, Jeff Stinco et David Desrosiers. Le mot d'ordre était clair: si l'un d'eux n'avait pas d'étincelle dans les yeux en écoutant une chanson, elle était mise de côté.

«Je nous trouve chanceux d'avoir tous conservé la même vision, d'être sur la même longueur d'onde et d'avoir les mêmes objectifs.»

Maintenant qu'ils ont accouché de ce cinquième album, les Québécois répètent leur nouveau spectacle, qu'ils promèneront partout dans le monde.

Pour l'instant, la tournée compte des dates en Europe et en Asie seulement, mais de nombreux autres concerts s'ajouteront au calendrier du groupe au cours des prochains mois.

Les deux ans d'écriture donneront-ils lieu à deux ans de tournée? C'est possible.

___________________________________________________________________________

ROCK. Taking One for the Team. Simple Plan. Warner Music. Sortie vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer