Coldplay: une machine bien huilée

Il s'agit d'un septième album pour les membres... (PHOTO JULIA KENNEDY, FOURNIE PAR WARNER MUSIC)

Agrandir

Il s'agit d'un septième album pour les membres de Coldplay, Will Champion, Jonny Buckland, Chris Martin et Guy Berryman.

PHOTO JULIA KENNEDY, FOURNIE PAR WARNER MUSIC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Cela fait 10 ans!», lance Will Champion, quand nous lui rappelons que nous l'avions interviewé au Centre Bell dans le cadre de la tournée du troisième album de Coldplay, X&Y, en août 2005.

Dix ans plus tard, Chris Martin n'est plus en couple avec Gwyneth Paltrow, mais Coldplay connaît toujours un succès de masse, au point qu'il vient de se voir confier le spectacle de la mi-temps du Super Bowl 50.

Un grand honneur. Même pour le batteur Will Champion, fidèle partisan des Saints, l'équipe de foot de Southampton, en Angleterre. «Le Super Bowl est un gros événement pour nous. Quelle chance! Mais si, un jour, je joue pour Southampton, ce sera le week-end le plus extraordinaire de ma vie», blague-t-il.

«Nous avons 12 minutes, dit-il plus sérieusement. C'est un défi intéressant. Il ne faut pas choisir des chansons, mais les bouts de chansons qui fonctionnent le mieux dans ce grand environnement et pour les caméras, car la grande majorité des gens regardent le tout à la télévision.»

«Il y a tellement de gens impliqués. C'est une organisation à très grande échelle et cela demande une grande planification», ajoute-t-il.

Équipe de rêve

Nous avons Champion au bout du fil, alors que Chris Martin, Guy Berryman, Jon Buckland et lui survolent l'Italie en direction de Milan.

Le tout nouvel album de Coldplay, A Head Full of Dreams, suit de près le sombre Ghost Stories, sorti en mai 2014. «Tout est prévu depuis trois ans. Le nouvel album était déjà en marche quand nous avons fait Ghost Stories. Nous avons toujours senti que les deux albums allaient se succéder rapidement. Le premier allait être plus introverti et réfléchi, à écouter dans sa chambre à coucher, alors que, espérions-nous, les chansons du second seraient d'une plus grande portée.»

Coldplay a retrouvé son réalisateur de longue date Rik Simpson et - grande nouveauté - il a intégré à ses rangs habituels en studio le duo norvégien Stargate, avec qui il avait travaillé pour la chanson Miracles, qui figure dans le film Unbroken d'Angelina Jolie.

«Ce sont des musiciens brillants. Stargate n'avait jamais vraiment travaillé avec un groupe et nous n'avions jamais travaillé avec des réalisateurs comme eux. C'était une bonne façon de renouveler notre perspective. Au final, ils ont fait du super boulot.»

Invités de prestige

Coldplay a expérimenté une nouvelle démarche de travail. Le groupe et Rik Simpson enregistraient une chanson de leur côté, puis Stargate y ajoutait sa touche avant que tout le monde se réunisse pour faire le bilan.

«C'était comme une petite usine avec du travail par étapes dans chaque pièce pour en arriver à quelque chose de gros», souligne Champion.

Pour l'anecdote, les quatre membres de Coldplay se trouvaient sur des continents différents quand il a fallu donner le sceau d'approbation à A Head Full of Dreams. «Chris était aux États-Unis, Jonny était à Devon et j'étais en Italie ou je ne sais trop où... Il a fallu faire une téléconférence et, finalement, tout s'est fait rapidement, sans discussion.»

On devine en écoutant les chansons hétéroclites de A Head Full Of Dreams que Coldplay ne s'est pas censuré ni limité à un territoire musical circonscrit d'avance. «Nous formons un groupe depuis si longtemps. Nous avons senti que nous avions l'occasion de laisser les chansons aller, peu importe où, sans rien forcer.»

Coldplay a reçu en studio Noel Gallagher («Nous sommes des fans d'Oasis depuis 20 ans»), la choriste Merry Clayton et Beyoncé, que l'on entend sur le titre dansant Hymn for The Weekend (Jay-Z et elle sont des amis de Martin).

«Ç'a été une maquette pendant longtemps. C'est vraiment Stargate qui lui a donné sa couleur. Chris souhaitait avoir une voix féminine et, bien entendu, on pense alors aux meilleures chanteuses de la planète.»

La voix de narrateur sur le titre Kaleidoscope est celle de Coleman Barks. «C'est un traducteur de poésie ancienne», précise Will Champion. Puis, à la fin, Coldplay s'est permis d'ajouter un extrait de la fameuse interprétation d'Amazing Grace par le président américain Barack Obama.

La voix de la raison

Parlant de voix, Will Champion double souvent Chris Martin sur scène. Pendant la tournée de l'album Viva la Vida, il chantait une version acoustique de Death Will Never Conquer. «J'adore chanter en spectacle, mais ça m'a toujours gêné, car je n'aime pas trop être le centre d'attention principal.»

On dit que Will Champion représente la voix de la raison au sein de Coldplay. «Nous avons tous des rôles propres dans le groupe et nous savons quand il faut parler ou quand il faut rester discret. Nous travaillons ensemble depuis si longtemps. Notre machine est bien huilée, mais, quand il faut dire quelque chose, il y en a toujours un qui se lève», dit-il.

Pour le batteur, le premier extrait, Adventure of A Lifetime, est le titre du nouvel album qui représente le plus grand défi d'interprétation. «Le groove est très particulier et la marge d'erreur est petite. Chaque note doit être à la bonne place... mais, si on la joue au Canada, cela devrait rocker.»

Parlant de scène, Coldplay devrait repartir en tournée et passer par Montréal. «Je l'espère! lance Will Champion. C'est l'intention qui nous anime quand nous créons nos chansons.»

_________________________________________________________________________

POP ROCK. Coldplay. A Head Full of Dreams. Warner Music.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer