Peter Henry Phillips: enfin son album à lui

Il a signé la bande originale du film Le règne de la beauté de Denys... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a signé la bande originale du film Le règne de la beauté de Denys Arcand. Il a réalisé les premiers albums de David Giguère et de Philippe Brach. Il a accompagné en tournée Ariane Moffatt et Tomàs Jensen, et c'est sa voix qu'on entend sur l'album Resistance de DJ Champion, notamment sur l'hymne Alive Again.

Voilà que Pierre-Philippe Côté, surnommé Pilou, sort son premier album solo, The Origin, sous le pseudonyme Peter Henry Phillips. Un album sur lequel il planche depuis cinq ans et dont certaines pièces datent d'une décennie.

«J'ai mis beaucoup de temps à me le permettre, expose l'auteur-compositeur. Je travaillais pour d'autres, cela s'enchaînait... J'aime mon métier et c'est difficile de refuser un projet comme la bande originale du film de Denys Arcand. Mais le fait de m'arrêter pour mon projet avant d'avoir 40 ans est devenu vital.»

Pilou ne s'en cache pas: il est un bourreau de travail. Pendant l'enregistrement de The Origin, il a écrit en parallèle la musique de deux téléfilms français.

Le communiqué de presse de son album dégage beaucoup de candeur. C'est une caractéristique propre à Pilou. «The Origin est inspiré de la nature et de la beauté qui l'entoure, peut-on lire. Il est né du désir de son auteur d'exister et de partager son amour de la vie, de la musique et de l'humanité.»

Racoleur? Non. En fait, rarement a-t-on interviewé un artiste qui incarne autant, dirait-on, le bien.

«Sa bonté est désarmante et sa générosité immense, confirme Ariane Moffatt. Son dévouement pour son art est total; il porte en lui un talent pur, comme un baume au service des coeurs dans le besoin.»

Nomade et sédentaire

Voilà pourquoi «la beauté», «la nature» et la captation du «moment présent» ne sont pas que des clichés de communiqué de presse. Ces thèmes animent les pièces de The Origin (The Wind, Hold That, The Night, Be The Light).

«Je parle beaucoup de lumière, de route, de voyage, détaille-t-il. Quand on est en tournée, qu'on est nomade et sédentaire à la fois, on a hâte d'être à la maison quand on est loin et on a hâte de partir quand on est à la maison.»

«Quand j'étudiais au Conservatoire, mon prof me disait qu'il voyait les examens comme des photos, poursuit-il. Quand je fais de la musique, c'est ce que je fais. Je joue sur les contrastes, la luminosité, le sujet et ce qu'on met à au premier plan.»

Le musicien espère que les gens verront ses titres comme une bande originale de film. S'il affirme humblement ne pas réinventer la roue, nous dirions plutôt que son premier opus solo a un son intemporel.

L'instrumentation, l'orfèvrerie et le paysage sonore de ses pièces plairont au public de Patrick Watson, Alt-J, The Decemberists, Half Moon Run ou encore de Radiohead.

Le studio Le Nid à Asbestos

«J'ai faim», lance Pilou avant de commander un tartare de saumon, qui sera suivi d'un burger, au Café du Théâtre du Nouveau Monde où se déroule notre entrevue. «J'habite dans le bois. Je suis très heureux de venir à Montréal pour bien manger», lance-t-il. Il y a quelques années, il a quitté la ville pour s'établir dans sa terre natale, à Asbestos. Il y a construit le studio Le Nid, où le visitent régulièrement des amis artistes.

Pierre-Philippe Côté vit dans son cocon musical et familial avec sa femme, l'actrice Geneviève Boivin-Roussy, et leur petit garçon.

En plus d'avoir écrit, composé, réalisé et arrangé The Origin, sorti il y a une semaine, Peter Henry Phillips y joue clavier, guitare, basse et pedal steel. Mais à un moment donné, son assistant Emmanuel Crombez et lui se sont lassés d'être seuls. Sont alors passés au Nid les musiciens Justin Allard, Mathieu Désy, Pierre Olivier Gagnon, Olivier Langevin, le Quatuor 4 L, Daniel Bleikolm et l'ingénieur de son Ben Bouchard.

Pilou a partagé son titre de réalisateur avec Le Futur, tandem formé d'Alexis Aubin-Marchand et de Thomas B. Champagne. «Ils seront mon band, précise Pilou. Ils jouent de tout.»

Parlant de scène, Pilou a hâte d'y remonter avec ses propres compositions. Au cours des derniers mois, il a fait quelques premières parties, dont celle de Jay-Jay Johanson à Québec. Au cours des prochains mois, il se produira un peu partout dans la province, à commencer par le Centre Phi, à Montréal, ce soir, à 20h.

__________________________________________________________________________

Peter Henry Phillips, Coyote Records.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer