IAM de retour à Montréal

IAM aborde toujours des sujets comme la jeunesse,... (PHOTO FADEL SENNA, archives AFP)

Agrandir

IAM aborde toujours des sujets comme la jeunesse, la pauvreté, la violence ou encore les tensions dans une ville.

PHOTO FADEL SENNA, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Érika Peter
La Presse

IAM est un de ces rares groupes de hip-hop qui durent. De passage à Québec jeudi et à Montréal vendredi, la formation est prête à mettre le feu à la scène.

«Si nous restons toujours aussi soudés, c'est parce que notre amitié est forte, a expliqué Shurik'n en entrevue téléphonique avec La Presse. On a du plaisir dans ce qu'on fait ensemble et on a une vision commune.»

En novembre 2013, la formation marseillaise a fait paraître l'album ...IAM. Le succès a été assez considérable pour que la compagnie Def Jam France renouvelle le contrat du groupe pour deux autres albums. Cela ne relevait pas de l'évidence.

«À l'époque, Def Jam n'était pas sûr qu'on allait générer autant de ventes, et on le comprend. On n'échappe pas à certaines lois.»

Shurik'n

Succès sur disque ou pas, la formation prévoyait tout de même continuer de se produire sur scène. «On vit au jour le jour. Pour le moment, on se concentre sur la route», dit Shurik'n.

Le nouveau rap

En près de 30 ans de carrière, la légende du rap français a vu le genre évoluer et se transformer. IAM aborde toujours des sujets comme la jeunesse, la pauvreté, la violence ou encore les tensions dans une ville. Malgré cela, le groupe reste positif.

«Il y a toujours une lueur d'espoir, souligne Shurik'n, en parlant de l'état de la France. Bien qu'en ce moment, l'avenir est loin. Certains propos laissent croire que ça risque de mal tourner.»

Le hip-hop se retrouve souvent mêlé à des sujets d'actualité. Nombre de personnalités publiques reprochent aux rappeurs des paroles liées à l'argent, au sexe ou encore d'inciter leurs auditeurs à la violence. On pense notamment à Nicolas Sarkozy, qui a porté plainte contre Hamé, du groupe La Rumeur, et Sniper à ce titre. Ce qui amène la question: est-ce que tous les rappeurs doivent s'engager à travers leurs paroles?

«Je pense que les rappeurs n'ont aucune obligation, dit Shurik'n. Ce sont des artistes. Il ne faut pas oublier que le rap a longtemps été une musique de club. Il n'y avait pas de recherche au niveau des textes. Les paroles engagées sont venues plus tard.»

Iam sera en concert jeudi à 21h30, sur les Plaines, dans le cadre du Festival d'été de Québec, et vendredi à 20h, à l'Olympia de Montréal. «On va faire le tour de notre répertoire, donc mangez bien et soyez prêt, car vous allez transpirer!», lance le rappeur.

IAM en quelques dates

1989
Création du groupe, formé d'Akhenaton, Shurik'n, Keops, Imhotep, Kephren et Freeman.
1991
Sortie du premier opus du groupe, ...de la planète Mars, qui lui permet de se faire connaître.
1993
Succès avec l'album Ombre est lumière. La chanson Je danse le mia domine le top 50.
1995
Nommé groupe de l'année aux Victoires de la musique.
1997
Sortie de L'école du micro d'argent, le plus grand succès du groupe, sacré disque d'or en deux jours.
2005
L'école du micro d'argent devient disque de diamant.
2008
Freeman quitte le groupe.
2015
Victoire honorifique pour la contribution du groupe au rap français.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer