Plume Latraverse: cursivement vôtre!

Plume Latraverse va délaisser un peu ses livres... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Plume Latraverse va délaisser un peu ses livres et ses pinceaux pour renouer avec la scène, l'automne prochain.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plume, poids lourd de la chanson? Certainement. Depuis ses débuts il y a quelque 45 ans, le grand flanc mou attaque et récidive à coups de chansons à double tranchant. Il frappera encore l'automne prochain, à l'occasion d'une série de spectacles intimes dont plusieurs affichent déjà complet. Entrevue avec notre Chevalier à la chantante figure et au refrain qui tue.

Euh, Plume, pourquoi tu dis que tu fais ta première Place des Arts avec ton spectacle Récidives, présenté à la Cinquième Salle en octobre et décembre prochains? En 1994, tu avais présenté à la Cinquième Salle un show de chansons très dépouillé, tiré de ton disque de l'époque, Chansons nouvelles... Tu te rappelles, tu avais même dit à l'époque que cette salle, c'était le «sanatorium des poumons de l'esprit»?

«Ben oui, je me rappelle, la p'tite, mais bon, tu sais comment c'est, je vieillis.» Et Plume de décocher un de ces sourires dont il a le secret, goguenard, malicieux et craquant: depuis le temps qu'il pratique les journalistes, il sait tout à fait ce qu'il faut leur dire pour leur inspirer des articles. «Ma première Place des Arts en 45 ans de métier, ça sonnait bien.» Sacré oncle Plu-Plu!

Le peintre de chansons

Ce qui est (presque!) certain, ce que c'est tout de même sa «première Maison symphonique» qui a réveillé en lui le goût de remonter sur scène: en juin 2013, à l'invitation du groupe Mes Aïeux, Plume Latraverse avait interprété quelques-unes de ses chansons accompagné par l'OSM! «Ça m'a allumé», raconte Plume, qui a 69 ans aujourd'hui!

«En 2012, reprend-il, j'ai monté un show très rock avec mes Mauvais Compagnons. On s'est défoncés, on a tourné avec ce spectacle-là pendant presque trois ans. À la fin, comme d'habitude, j'étais épuisé. Je me suis remis à peindre. Et quand je peins, à un moment donné, je me mets à écrire des chansons.»

Résultat: Plume a multiplié les toiles et les textes. Comme il le fait depuis ses débuts. Dans son tout premier recueil de textes de chansons (Cris et écrits, publié en 1983), il avait écrit tout en haut de la première page: «Dessinateur de chanson, c'pas une job! C'est une profession.» De foi.

Il y a quelques mois, Plume a publié une mise à jour de ce livre. Tout Plume (... ou presque) compte 272 textes de tounes, le tout préfacé par Gilles Vigneault!

«La chanson et la peinture, c'est resté lié pour moi, dit-il. Je sais que je l'ai déjà dit ailleurs, mais je vais me répéter: dans un certain sens, j'ai des chansons à l'huile, des chansons au fusain, des chansons caricatures, d'autres aquarelles.»

Le récidiviste chantant

Présentée à l'automne en Montérégie, dans les Basses-Laurentides, à Montréal et à Québec, la série de spectacles Récidives sera donc l'occasion pour le longiligne Michel d'interpréter «[ses] chansons les plus tissées serré», pour reprendre les mots du grand escogriffe, tirées des albums Chansons pour toutes sortes de monde (1990), Chansons nouvelles (1994), Hors saison (2007)... Et puis aussi des classiques, comme Le tango des concaves ou Tango Pital.

Mais Récidives servira également de laboratoire pour «tester» en public quelques-uns des nouveaux morceaux de Latraverse. Des morceaux écrits avec précision et souci de la rime riche: «Qu'est-ce que tu veux, je suis comme ça, finalement, plutôt classique: si j'étais encore à l'école, je serais sans doute pour l'écriture cursive!»

«Je suis fondamentalement «cursivement vôtre», ajoute-t-il en riant. Ça fait un an que je travaille tout seul mes chansons, que je joue beaucoup de guitare - faut bien que je combatte mon arthrite d'une façon ou d'une autre! Ça va me faire du bien, manger un peu de misère sur la route, en tournée.»

«Oui, ça magane, les shows. Mais l'avantage, dans ce temps-là, c'est que t'as pas mal plus le droit de bougonner. Ça garde le bougonnage jeune!»

La rechute

Pour cette nouvelle tournée, Plume sera accompagné de ses fidèles musiciens Jean-Claude Marsan (guitares) et Grégoire Morency (contrebasse): «J'aime ça, la chanson en trio. C'est comme un tabouret sur lequel un texte peut s'asseoir confortablement tout en restant sur le qui-vive!»

Au moment de notre entrevue, les répétitions allaient commencer, et le grand Michel allait donc se promener entre les Laurentides, où il vit depuis quelques années, et Montréal.

Grand lecteur devant l'Éternel, Plume est en train de finir Maudits, le plus récent livre de Joyce Carol Oates: «Ça n'en finit plus, ce roman, mais j'aime bien Joyce Carol Oates. Les livres, c'est encore ce qui m'intéresse le plus. Seulement, la chanson, c'est une maladie, une maladie chronique. Et une maladie contagieuse: je contamine tous ceux qui m'approchent. Et là, qu'est-ce que tu veux, ben, j'ai une rechute.»

Plume va donc délaisser un peu ses livres, ses pinceaux, et renouer avec les cordes de sa guitare et le micro: «Je veux jouer dans des salles de 400 places, 400 personnes qui vibrent, c'est plus fort pour moi que 40 000 - et puis, je l'ai déjà fait, 40 000 personnes, c'est correct, mais c'est pas ça qui me tente, là. Tiens, j'ai une idée: si tu veux, finis ton texte en disant que j'ai en quelque sorte besoin de me resituer dans l'axe radical de la divergence et de la convergence! Ça va faire sérieux!», conclut le dessinateur de chansons hilare.

Les années passent, Plume demeure. Joyeux anniversaire, Michel Latraverse.

______________________________________________________________________________

En spectacle dès le 2 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer