On s'arrache le nouveau Leloup

Le nouvel album de Jean Leloup s'est déjà... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Le nouvel album de Jean Leloup s'est déjà écoulé à 20 000 exemplaires depuis sa sortie la semaine dernière.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le nouvel album de Jean Leloup, À Paradis City, trône au sommet des palmarès québécois et canadien une semaine après son lancement. Il occupe évidemment la première place chez les principaux détaillants québécois, Archambault, HMV et Renaud-Bray.

Hier matin, il s'était vendu plus de 20 000 exemplaires d'À Paradis City, répartis à parts égales entre les ventes physiques et numériques. À titre de comparaison, l'album précédent de Leloup, Mille excuses Milady, s'était écoulé à environ 18 000 exemplaires à sa première semaine en avril 2009, une époque pas si lointaine mais où les ventes de disques étaient plus considérables.

Chez Grosse Boîte, le label de l'artiste, on s'attendait à un bon accueil, mais pas à de tels résultats. «On prend toujours des paris à l'interne, mais personne n'était aussi optimiste pour la première semaine. Et on ne s'attendait pas à un aussi fort pourcentage de ventes numériques», confie Nathalie Gingras, chargée de projet pour cet album.

«Ça me fait ben plaisir»

Leloup, lui, a demandé à son monde de ne pas l'informer des ventes de son disque.

«Je m'arrange vraiment pour ne pas checker, nous a-t-il dit au téléphone hier. Je crois deviner que ça va pas pire, pas pire. Ça me fait ben plaisir, c'est sûr, parce que c'est ma job aussi. Mais ce qui me fait surtout plaisir, c'est que je ne me suis pas forcé pour être à la mode, j'ai vraiment fait ce qui me tentait.

«Si ça marche, c'est plaisant: ça veut dire que tu peux être toi-même.»

Il s'agit vraisemblablement du meilleur démarrage d'un disque en français sur le marché québécois depuis l'album du retour de Serge Fiori qui, en mars 2014, s'était écoulé à plus de 30 000 exemplaires dès la première semaine et avait été certifié disque d'or (40 000 ventes) en moins de deux semaines.

À Paradis City dépassait déjà les 5000 ventes le jour de son lancement, un total qui inclut toutefois les 1800 préventes sur iTunes. «Si ce n'est pas le numéro 1 à vie pour notre boîte, c'est dans notre top 3», déclare Nathalie Gingras.

Au chapitre de l'écoute en continu (streaming), ce huitième album de Jean Leloup a franchi le cap des 100 000 écoutes, toutes plateformes confondues (Spotify, Deezer, Rdio etc.). Le vinyle d'À Paradis City sera disponible le 25 février.

Projet de spectacle

Depuis le «rêve psychédélique» de son lancement au Planétarium il y a une semaine, Leloup a été touché par les commentaires de personnes de tous les âges qu'il a croisées: «L'autre fois, un gars m'a tendu un papier sur lequel était marqué «merci de continuer». Et en dessous, il avait écrit "vrai". Et une copine à moi m'a écrit «t'as l'air pas pire dans ta peau». Ça m'a fait plaisir.»

Ces jours-ci, Leloup envisage de monter un spectacle dont il rêve depuis une dizaine d'années, mais qu'il ne s'est jamais permis. Un show «assez edgy» qui mêlerait chansons, textes, monologues et sketches un peu à la manière de ce que faisait jadis Laurie Anderson. On y verrait évoluer des personnages qui pourraient être Willie ou le Petit Papillon de son nouvel album.

«Je ne sais pas si je vais réussir, mais je commence à avoir tous les éléments», dit Leloup.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer