Garou: le défi d'un album de Noël en France

«Mes amis n'écoutent pas mes albums, souligne Garou,... (Photo: fournie par Wolfgang Entertainment)

Agrandir

«Mes amis n'écoutent pas mes albums, souligne Garou, mais celui-ci, ils vont l'écouter pendant plusieurs années. Le défi est d'en faire un classique.»

Photo: fournie par Wolfgang Entertainment

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Paris) Un album de Noël aux racines blues destiné à la France et bouclé en moins de deux mois. Un pari risqué dans l'Hexagone, qui n'a jamais succombé à la frénésie musicale du temps des Fêtes. C'est l'idée casse-gueule de Garou, dont XMas Blues saura aussi trouver sa place dans les foyers québécois.

Un autre?

Détrompez-vous, Garou ne lance pas un album de Noël à la demande de ses producteurs pour vendre des disques facilement sans trop d'efforts.

En France, c'est un défi, car le marché des albums de Noël - pourtant lucratif en Amérique du Nord - y est à peu près inexistant. Surtout que Garou a décidé d'interpréter des classiques avec un fond blues au lieu d'y aller avec la recette facile de l'orchestration classique ou du big band.

C'est son label, Universal France, qui lui a demandé subtilement un nouvel album. «J'ai dit: «Il y a un seul album que je ferais et c'est un album de Noël. Le besoin crée l'organe. Ici, en France, vous n'avez pas de musique de Noël et je trouve cela triste.»»

«Le défi est vraiment ici, dit-il. Je ne le fais pas en pensant que cela va marcher comme en Amérique. Et pour être certain que cela soit assez casse-gueule, je l'ai fait de façon originale avec les touches blues et roots. Il n'y a personne d'autre que mes musiciens qui m'aurait suivi dans un délire pareil», souligne Garou.

«Délire» est le bon mot. Garou et sa bande ont enregistré l'album à raison de 12 heures par jour pendant deux semaines, en octobre dernier. Dans l'industrie de la musique, on voit rarement un aussi court délai avant la sortie officielle. «On a commencé à parler de l'album il y a moins de deux mois.»

Aimer Noël

Amoureux de la musique de Noël, Garou est le premier à faire son sapin trop tôt en écoutant l'album de Harry Connick Jr. «Je suis heureux. C'est un summum annuel. Mon sapin est prêt.»

Sur XMas Blues, il s'offre des medleys et reprend Jingle Bell Rocks, White Christmas, Mon beau sapin et le seul classique de Noël connu de tous en France: la chanson Petit papa Noël.

L'interprète n'avait pas envie d'un rendu instrumental de variété pop, mais d'un truc familial avec des banjos et des jams dans la lignée de Jingle Bell Rocks. «Ce n'était pas dans le cliché de Noël du tout beau, tout parfait. Je voulais apporter ici l'esprit de famille et l'esprit roots de campagne de Noël.»

Garou fait son entrée en seconde place du... - image 2.0

Agrandir

Garou fait son entrée en seconde place du palmarès anglophone avec son disque de Noël Xmas Blues.

Une sonorité assumée

Garou s'assume et apprécie sa popularité qui n'a pas affecté son authenticité, dit-il. Il sait que ses amis proches préfèrent ses envolées vocales rock à sa ballade Belle. Faut-il rappeler que Garou chantait dans les bars de Sherbrooke et de Magog avant que Luc Plamondon le découvre et l'engage pour Notre-Dame de Paris?

«Mes amis n'écoutent pas mes albums, mais celui-ci, ils vont l'écouter pendant plusieurs années. Le défi est d'en faire un classique, mais aussi d'ouvrir la brèche ici pour qu'il y en ait d'autres.»

Pour la première fois et après deux albums enregistrés avec l'équipe de Plan B à Londres, Garou a pu enregistrer XMas Blues au Québec avec ses musiciens, soit Jean-Sébastien Chouinard, Olivier Goulet, Yan Veillette, Greg Morency et Benoit Clément. Le réalisateur Dominique Blanc-Francard (Stéphane Eicher, François Hardy) a fait son travail à distance, de l'autre côté de l'Atlantique.

«C'est pour cela que l'album a pu se faire. On leur envoyait les tracks pendant la nuit et ils travaillaient le jour... C'était surtout pour mixer le son, raconte Garou. Le seul problème qui est survenu à un moment donné a été de rester roots sans que tout soit parfait. Les tracks sont live. Je n'ai presque rien rechanté. La vibe est plus importante que la perfection. À un moment donné, j'ai dû me fâcher pour que ce soit mois clean et un peu plus slack

L'impact de The Voice

La Presse a rencontré Garou dans le décor chic et opulent de l'hôtel Royal Monceau qui n'a rien de «roots». C'est la seule façon pour lui d'avoir la paix.

«Cela fait 15 ans que je passe un tiers de mon temps au Québec, un autre en France et le reste dans le monde à tourner, indique-t-il en buvant un thé vert. Je ne veux pas habiter ici [en France], mais je travaille plus ici. Au Québec, je travaille moins publiquement.»

Cette année, Garou a laissé son siège de juge à The Voice en France pour «se renouveler». «Cela faisait trois ans, j'ai fait six albums en sept ans, des tournées dans plusieurs pays... The Voice prenait beaucoup de place. J'avais du fun et je vais sans doute y retourner. C'est ironique, car j'y vais ce soir.»

Garou remplit des salles au Moyen-Orient, dans les pays de l'Est et en Russie. Très sollicité par les médias en France, il parraine dans deux semaines le grand Téléthon annuel. The Voice a remis sa popularité au niveau de l'après-Notre-Dame de Paris.

Vendredi, Garou a coanimé La fête de la chanson française sur les ondes de France 2. «C'est beaucoup de travail, dit-il. J'en suis honoré. On me considère vraiment comme un Français.»

Mais parole de Garou, il «n'habiterait jamais ici».

____________________________________________________________________________

MUSIQUE DE NOËL. GAROU. XMAS BLUES. WOLFGANG. SORTIE MARDI.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer