Roch Voisine: douze ans, douze chansons

Roch Voisine lance ces jours-ci Movin' on Maybe,... (Photo: Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

Roch Voisine lance ces jours-ci Movin' on Maybe, un nouvel album de compositions originales en anglais, une langue dans laquelle le chanteur se livre davantage.

Photo: Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Roch Voisine n'avait pas lancé d'album de compositions originales en anglais depuis 12 ans. Pour Movin' on Maybe, il a fouillé dans ses vieilles boîtes de cassettes pour en ressortir 12 idées de chansons qui ne demandaient pas mieux que de venir au monde.

«Je n'ai pas d'excuses d'avoir attendu aussi longtemps avant de sortir cet album, dit Roch Voisine. Douze ans, c'est bien trop long. Mais la vie étant ce qu'elle est, le temps passe vite! L'avantage, c'est que j'avais énormément de matériel accumulé. J'ai récupéré toutes mes maquettes. Déjà, ça n'a pas été facile de trouver un lecteur à cassettes. Je me sentais un peu comme un archéologue!»

Ce fut également une aventure dans ses souvenirs, puisque toutes ces chansons parlent d'une façon ou d'une autre d'histoires qu'il a vécues.

«Quand j'écris en anglais, je ne dis pas les mêmes choses qu'en français. Mes textes sont plus personnels et je suis plus investi. Ça se traduit même dans les arrangements.»

«En français, je n'écris pas beaucoup et je préfère m'entourer de gens qui le font mieux que moi. D'ailleurs, je ne suis pas le même artiste avec mes différents publics, anglophone et francophone. On n'a pas grandi ensemble de la même façon. Au début, ça me dérangeait, mais je réalise maintenant que ça me permet d'aller chercher un équilibre dont j'ai besoin.»

Des chansons personnelles

Sur l'album, chaque chanson a sa petite histoire et Roch Voisine en parle volontiers.

«Fatherless Son, c'est l'histoire d'un gars qui a grandi sans son père et qui est devenu un dur. Sunday Driving, c'est une image des balades en voiture qu'on fait le dimanche avec ses parents. Sauf que dans mon cas, le petit gars est tout seul dans l'auto. C'est une façon de parler de ma relation avec mes parents et du fait qu'ils n'ont jamais été là. »

Quand un enfant vient de naître, certains parents plantent un arbre. Roch Voisine, lui, leur écrit une chanson.

«J'en ai écrit une pour chacun de mes garçons quand ils sont nés. Dans While I Was Waiting For You, je raconte à mon plus vieux ce que je faisais pendant que sa mère était enceinte. Pour mon deuxième fils, je me demandais comment je ferais pour l'aimer autant que le premier. Quelqu'un m'avait dit de ne pas m'inquiéter parce que l'amour, ça ne se divise pas, ça se multiplie. Ça m'a inspiré la chanson Multiplied

L'amour et le couple y passent aussi.

«The Gift, c'est une merveilleuse chanson d'amour, très folk. Je la fais avec Katie Armiger, une chanteuse country américaine. J'avais besoin d'une voix féminine. Ça parle du cadeau que ça représente pour un couple de passer à travers toutes les épreuves et de rester ensemble.»

Et le titre de l'album, Movin' on Maybe?

«C'est une phrase prise dans Sunday Driving. On vit dans une incertitude constante. Quand on fait un projet, comme un nouveau disque, on se dit: "Peut-être que ça va marcher, peut-être que ça ne marchera pas." Mais ce n'est pas une raison pour s'arrêter.»

______________________________________________________________________________

POP. Roch Voisine. Movin' on Maybe. Sony Music.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer