Chromeo: le duo qui scintille

Les looks distincts des membres du duo arabo-juif... (Photo: archives The New York Times)

Agrandir

Les looks distincts des membres du duo arabo-juif Chromeo, Dave 1 (à gauche) et Pee-Thugg (à droite), ont créé la base de l'identité visuelle de Chromeo depuis ses débuts.

Photo: archives The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guitares argentées en mains, chaîne en or au cou, le duo montréalais Chromeo a le vent dans les voiles. Après une performance remarquée sur la scène principale du festival Coachella et un passage à Jimmy Kimmel Live, les deux acolytes regagneront leur Montréal natal jeudi prochain, le temps de donner à leurs fans un avant-goût de White Women, leur quatrième album.

Bien que Dave 1 et Pee-Thugg aient été remarqués par la culture pop grâce à des mélodies accrocheuses, ils ne doivent leur succès ni aux radios commerciales ni aux machines de promotion traditionnelles. «Notre musique est née à l'époque de MySpace et on s'est fait connaître grâce à la venue de nouveaux réseaux sociaux, indique Dave, en entrevue avec La Presse. On a fait notre carrière grâce à l'internet. Pour nous, c'est un moyen plus démocratique que la radio ou la télé.»

Cet opus marque une décennie d'électro funk vivant pour le duo arabo-juif. Pour la première fois, Chromeo s'est permis d'explorer des ambiances sonores relâchées.

«On voulait que le ton change. Que ce ne soit pas un amas de succès à 125 décibels», lance le chanteur et guitariste Dave 1.

Quatre des douze titres s'inscrivent donc dans cette exploration sonore. La pièce Ezra's Interlude, entre autres, révèle une deuxième collaboration de la paire avec le leader du groupe Vampire Weekend, Ezra Koenig.

Les deux multi-instrumentistes ne délaissent toutefois pas leurs ascendances musicales - des mélodies dansantes aux rythmes immédiats portées par des basses lourdes. Le tout rappelle les airs de plusieurs groupes synthpop du moment, en particulier le récent virage funk de Daft Punk. Bref, tous les ingrédients pour créer un succès estival.

On ne s'étonne donc pas d'avoir vu paraître le tube Jealous (I Ain't With It) en mars dernier, juste à temps pour participer au combat des succès dance de l'été.

White Women a été imaginé, travaillé et poli pendant près d'un an et demi. «On a mis de trois à quatre fois plus de temps qu'à l'habitude à parfaire chaque élément du CD. On voulait rendre le style plus simple et accessible.»

Visuel excentrique

Les looks distincts des membres du duo arabo-juif ont créé la base de l'identité visuelle de Chromeo depuis ses débuts. «Les jambes dénudées qui soutiennent nos claviers sont aussi là pour rester», précise Dave.

Pour cette nouvelle tournée, Chromeo a changé de décor. «Tout sur scène est chromé, indique David 1. On veut faire évoluer notre identité visuelle, tout en gardant ce clin d'oeil à l'image de la femme chroméo.»

Bien qu'ils soient tous deux établis à New York, naviguant de la côte Est à la côte Ouest, David et Patrick gardent un attachement de coeur à Montréal.

«Quand on me demande quel est le plus grand show auquel j'ai participé, j'accorde autant d'importance à la clôture du Festival de jazz [de Montréal, en 2012] qu'à ma participation à Coachella. Le fait d'avoir fermé la marche du Festival de jazz aux côtés de Rufus Wainwright, c'est immense. Dans nos têtes, ça sonne légendaire.»

________________________________________________________________________________

Au Théâtre Corona le 1er mai, 17h. Au festival Osheaga le 1er août.

ÉLECTRO-FUNK. Chromeo. White Women. Last Gang Records. Sortie le 12 mai.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer