Groenland, The Chase: créativité et espoir pop

Groenland ne donne pas dans les mélodies et... (PHOTO CINDY BOYCE, FOURNIE PAR BONSOUND)

Agrandir

Groenland ne donne pas dans les mélodies et arrangements rose bonbon, mais bricole plutôt une pop-indie électroacoustique et orchestrale.

PHOTO CINDY BOYCE, FOURNIE PAR BONSOUND

Partager

Jean-Vivier Lévesque a fait partie des groupes Le Roi Poisson et Le Citoyen. Aujourd'hui, il est aux côtés de la chanteuse Sabrina Halde dans le groupe Groenland, dont le premier album, The Chase, a été réalisé par Philippe B et Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe).

L'instinct et les heureux hasards de la création sont au coeur de la démarche artistique du groupe Groenland, où le piano jette les bases mélodiques des chansons du groupe, enjolivées d'orchestrations pop.

«Le côté mélancolique et introspectif du piano va vraiment bien avec ma voix», explique la chanteuse Sabrina Halde. L'auteure-compositrice au chant riche teinté de soul a fondé le groupe Groenland avec Jean-Vivier Lévesque, anciennement des groupes Le Citoyen et Le Roi Poisson.

«On s'est connus au cégep de Saint-Laurent en musique, raconte Jean-Vivier. On jammait ensemble dans des partys. On ne s'est pas vus pendant des années, puis on s'est recroisés dans un café du département de musique de l'Université de Montréal. On s'est mis à jaser et on écoutait les mêmes bands: Beck, Feist, Thom Yorke...»

«Au début, on voulait faire un duo électro, mais finalement, on trouvait ça plate à deux. On voulait un band», poursuit Sabrina. Pourquoi étudier en chant jazz, programmation et musique numérique pour finalement aboutir à vouloir bricoler de l'électro?

«On apprend juste de la compo à l'école... C'est cool, mais ce n'était pas notre affaire. On avait un côté pop plus assumé», répond Jean-Vivier.

Pop dans le sens de «musique populaire» versus la «musique jazz ou classique», on s'entend. Groenland ne donne pas dans les mélodies et arrangements rose bonbon. Il bricole plutôt une pop-indie électroacoustique et orchestrale, grâce à Jonathan Charrette (batterie), Simon Gosselin (basse), Gabrielle Girard-Charest (violoncelle) et Fanny C. Laurin (violon), qui complètent le groupe.

Les chansons de Groenland se démarquent par la créativité sonore qui habille des mélodies accrocheuses (avec beaucoup de cordes et d'orchestrations, et peu de guitares sauf le ukulélé).

«On y va de façon très instinctive. On laisse les gens aller dans les arrangements», explique Jean-Vivier Lévesque. Jean-Vivier et Sabrina sont néanmoins les principaux moteurs d'écriture du groupe. Chacun à son clavier, ils juxtaposent leurs compositions.

Parfum féminin

Grâce à la voix remplie d'âme de la chanteuse, les pièces de Groenland ont un parfum très féminin. Dans son interprétation, Sabrina Halde a le charme soul et la force de caractère des jeunes chanteuses britanniques qui ont marqué la dernière décennie.

Les textes de Sabrina, écrits en anglais, évoquent une quête, à travers des images fortes. «J'utilise beaucoup d'images de nature et de lumière... je suis ésotérique dans le sens de faire confiance en la vie, analyse-t-elle. Mais je ne comprends pas encore comment mes paroles sortent. Avec le jazz, j'ai beaucoup improvisé... je ne compose pas de façon réfléchie, mais ça se tient.»

Se faire guider en studio

Groenland a obtenu un contrat avec l'étiquette et l'agence Bonsound il y a un an, en plus d'obtenir une bourse pour enregistrer un premier album. Par l'entremise de Bonsound, Groenland a travaillé en studio avec Philippe B et Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe).

Le mandat des réalisateurs était de mettre le son et les arrangements «sur la coche». Sébastien Blais-Montpetit (Patrick Watson, Caracol) est intervenu de son côté au mixage. Groenland avait les «idées claires» avant d'entrer en studio, mais il voulait unifier sa musique dans une direction cohérente.

«Ça faisait longtemps qu'on était prêts et qu'on avait nos tounes, mais c'était notre première fois en studio, donc on ne savait pas trop ce que tel truc allait donner à la fin», explique Jean-Vivier Lévesque.

Le groupe a déjà fait quelque 50 spectacles. Des chansons ont eu plusieurs vies. Une pièce comme Daydreaming est née dans «du gros électro intense» pour finalement vibrer en douceur au son d'un ukulélé.

Est-ce difficile de faire de la musique originale en 2013? «C'est clair», dit Sabrina. Il y a toujours une crainte «d'être trop 2007 ou 2009» ou de penser innover avec quelque chose qui s'est déjà fait. «Je suis content de notre son, dit néanmoins Jean-Vivier. Mais on pense déjà au prochain album.»

En attendant des spectacles et des nouvelles chansons, prêtez une oreille au nouvel album de Groenland. Il peut plaire autant aux fans de Coeur de pirate, de Patrick Watson que d'Amy Winehouse.

Le groupe est un bel espoir de la scène montréalaise, ici comme à l'étranger.

Pop-indie

Groenland

The Chase

Bonsound

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer