Anoushka Shankar raconte le périple des réfugiés

Anoushka Shankar... (PHOTO YUVAL HEN, FOURNIE PAR DEUTSCHE GRAMMOPHON)

Agrandir

Anoushka Shankar

PHOTO YUVAL HEN, FOURNIE PAR DEUTSCHE GRAMMOPHON

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
New York

Horrifiée devant les souffrances endurées par les réfugiés en Europe, la cithariste Anoushka Shankar, demi-soeur de la chanteuse Norah Jones et fille du célèbre joueur de cithare Ravi Shankar, a fait de leur fardeau un périple musical.

Avec l'actrice Vanessa Redgrave et le rappeur M.I.A., elle offre dans son dernier album Land of Gold, sorti le 1er avril, son interprétation de la crise des migrants en Europe.

Anoushka Shankar a enregistré cette réflexion personnelle et acte politique après la naissance de son deuxième enfant, Mohan, quand des centaines de milliers de gens essaient de venir en Europe pour fuir notamment la Syrie ravagée par la guerre.

«Ça m'a complètement bouleversée de me trouver là, de manière incongrue, en sécurité chez moi pour nourrir mon bébé tout en voyant ces centaines de milliers de gens fuir les guerres les plus horribles, auxquels on refuse souvent le droit basique à la sécurité après un périple inimaginable», explique à l'AFP Anoushka Shankar à New York, avant de partir en tournée mondiale.

«La musique est pour moi au moins un moyen de répondre au monde et d'exprimer mes sentiments, pas toujours de manière consciente», ajoute-t-elle.

Cette lauréate de cinq Grammy, âgée de 34 ans, est la fille de Ravi Shankar, qui a fait connaître la cithare classique au public occidental.

Avec le guitariste des Beatles George Harrison, il avait joué à des concerts en 1971 au bénéfice des réfugiés du Bangladesh, dévasté alors par la violence et un cyclone après être devenu indépendant du Pakistan.

Née à Londres où elle vit actuellement, Anoushka Shankar a grandi dans le sud de la Californie et séjourné longuement en Inde, un contexte multiculturel qui la relie d'emblée aux migrants.

«J'ai la chance de vivre en liberté et de pouvoir grandir à travers plusieurs cultures», raconte-t-elle. «Ma vie est certainement un produit de tout cela. Je crois en un monde transculturel où on peut se respecter et vivre les uns avec les autres».

Comme dans la musique classique occidentale, les morceaux de cithare traditionnelle sont abstraits, dépourvus de texte à messages.

Mais Anoushka Shankar a mis davantage de références dans son album, où M.I.A. et Vanessa Redgrave signent chacun une chanson, pendant que l'ex-producteur de Björk, Matt Robertson, y introduit de l'électro.

Le titre Dissoudre les frontières mélange des morceaux d'actualité en plusieurs langues sur la crise des réfugiés en Europe.

Quant à la chanson Land of Gold, elle emprunte la voix d'Alev Lenz, une chanteuse allemande d'origine turque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer