Un magnat achète l'unique copie d'un album du Wu-Tang Clan

Martin Shkreli... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Martin Shkreli

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Un magnat controversé de l'industrie pharmaceutique, l'Américain Martin Shkreli, a acheté l'unique exemplaire d'un album «secret» du célèbre groupe de rap new-yorkais Wu-Tang Clan.

L'acheteur, dont l'identité a été révélée mercredi par Bloomberg, a déboursé 2 millions de dollars pour acquérir la seule version existante de Once Upon a Time in Shaolin.

Le Wu-Tang Clan avait annoncé en 2014 l'enregistrement d'un double-album de 31 titres, dont une seule copie serait disponible. Le disque se présente sous la forme d'une imposante boite en argent, qui contient notamment un livre de 174 pages en parchemin, reliées en cuir.

Avec cette acquisition, Martin Shkreli, que la BBC avait qualifié d'«homme le plus détesté des États-Unis», risque s'attirer les foudres des fans du Wu-Tang Clan.

«Je vais peut-être jouer quelque chose de spécial», a-t-il annoncé sur Twitter pour narguer les fans le suppliant de diffuser l'album. L'accord conclu entre le groupe et le PDG de 32 ans interdit à ce dernier de revendre l'album, mais il peut le diffuser gratuitement sur internet s'il le veut.

À la tête de la société Turing Pharmaceuticals, il a décidé en septembre de faire passer le prix du Daraprim, un médicament utilisé pour traiter le VIH, de 13,5 à 750 $.

Cette décision avait créé un tollé aux États-Unis. «Personne, même Martin Shkreli, ne devrait avoir le pouvoir de fixer des prix aussi abusifs pour les familles américaines», s'était même emportée Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison-Blanche. Le candidat républicain Donald Trump avait lui qualifié M. Shkreli d'«enfant gâté».

L'entrepreneur d'origine albano-croate a coutume de s'exprimer dans des directs sur YouTube, lors desquels il parle de molécules chimiques ou navigue sur des sites de rencontre. «C'est une bonne chose parce que les gens voient qui je suis, et la plupart d'entre eux me disent: «Oh t'es pas aussi méchant que je le pensais!»», avait-il déclaré devant sa webcam en novembre.

Lorsque son identité a été rendue publique mercredi, le Wu-Tang Clan, quelque peu embarrassé d'être lié à une personne à la réputation aussi sulfureuse, s'est fendu d'un communiqué. «La vente de Once Upon a Time in Shaloin a été conclue en mai, bien avant que l'on découvre les pratiques de vente de Martin Skhreli (sic). Nous avons décidé de reverser une grosse partie de cet argent à des associations caritatives», a écrit le leader du groupe RZA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer