Intemporelle Diane Dufresne: hommage en quatre temps

Diane Tell, Marie Denise Pelletier, Pierre Lapointe et... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Diane Tell, Marie Denise Pelletier, Pierre Lapointe et Charlotte Cardin prennent la pose avec Diane Dufresne à qui l'on rend hommage avec l'album Intemporelle Diane Dufresne.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Diane Tell, Marie Denise Pelletier, Pierre Lapointe et Charlotte Cardin étaient cette semaine du lancement de l'album Intemporelle, sur lequel ils reprennent des chansons de Diane Dufresne. Ils nous disent ce que Diane Dufresne représente pour eux et comment ils ont choisi une chanson de son vaste répertoire.

Diane Tell

«C'est une grande pionnière. Il y a eu un avant et un après-Diane Dufresne. On ne parlait plus d'une interprète de chansons des autres, mais d'une artiste à part entière qui avait sa couleur. Les chansons d'Édith Piaf sont des chansons d'Édith Piaf avant d'être des chansons des auteurs-compositeurs. C'est pareil pour Diane Dufresne.»

Les hauts et les bas d'une hôtesse de l'air

«J'ai toujours adoré cette chanson et ç'a été mon premier choix. Je la connaissais par coeur, probablement parce qu'elle était plus proche de mon univers. C'est une toune que j'aurais pu écrire, que j'aurais pu chanter déjà à l'époque dans mon propre répertoire.»

Marie Denise Pelletier

«J'avais 20 ans quand Diane était au zénith de sa carrière. J'étais une chanteuse en devenir et c'était mon idole: je courais tous ses spectacles, j'achetais tous ses disques et je me suis fait beaucoup la voix sur son répertoire. Même à mes premières années de piano-bar, j'ai chanté beaucoup de son répertoire.»

Le tour du bloc

«Luc Plamondon m'a dit un jour: "Tu devrais écouter Le tour du bloc, il me semble que ça t'irait bien." Je m'en suis souvenue, je l'ai écoutée et j'ai dit "C'est celle-là." J'ai grandi dans l'est de la ville, comme Diane, et c'était la première fois que j'endisquais une chanson en joual. C'est la fille de Rosemont qui a chanté Le tour du bloc

Pierre Lapointe... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Pierre Lapointe

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Pierre Lapointe

«Diane Dufresne m'a donné le droit d'être ce que je suis. [...] Chaque fois que le doute ou la peur monte en moi face à mon métier, je pense à Diane qui chante Faut qu'y en aye une qui le fasse dans la chanson Hollywood Freak. [...] Elle m'a fait comprendre que les artistes sont là pour être plus fous, plus colorés que les autres.»

Un souvenir heureux

«J'avais chanté un extrait de cette chanson à la spéciale du jour de l'An de l'émission de France Beaudoin. J'avais demandé de la faire guitare et voix. En répétition, je me souviens d'avoir eu un frisson en chantant la première phrase. [...] J'ai été envahi par cette chanson, donc quand on m'a demandé de participer au disque, je l'ai tout de suite suggérée.»

Charlotte Cardin

«Diane Dufresne est une icône féminine super forte. Elle a toujours été différente. Être unique, ça ne veut pas juste dire avoir une voix spéciale; c'est également avoir des idées un peu à contre-courant et ne pas emprunter les chemins les plus évidents ni ceux que tout le monde nous dit de prendre. C'est ça qui me marque le plus chez elle.»

J'ai douze ans

«C'est une chanson de Luc Plamondon que j'aime à la folie. Oui, ça parle d'une fille qui a 12 ans, mais c'est tellement plus que ça! C'est quelqu'un qui dit à sa mère: "Réveille-toi, on vit dans un monde qui change, qui bouge. Il faut qu'on soit alerte et qu'on fasse une différence."»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer