L'Album du peuple - Tome 10: un disque, 25 ans de sketches

L'année 2015 est une grande année pour François Pérusse. L'humoriste a 55 ans,... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année 2015 est une grande année pour François Pérusse. L'humoriste a 55 ans, célèbre ses 25 ans de carrière et sort vendredi prochain son 10e Album du peuple, son dernier à paraître sous forme de disque. Entrevue.

Après 25 ans de carrière, le 10e Album du peuple de François Pérusse sera vraisemblablement le dernier qu'il lancera sur disque. Alors que l'industrie de la musique vit à son tour une mutation numérique, l'humoriste de 55 ans, connu pour ses sketches radiophoniques, n'entend pas prendre sa retraite pour autant.

«C'est le dernier album, mais je n'arrête pas demain matin. J'ai d'autres projets sur lesquels je travaille», nous a-t-il dit, mercredi, lorsque La Presse l'a rencontré pour une longue entrevue à sa maison de disque.

L'industrie de la musique vit une importante transformation au Québec comme ailleurs. S'il arrivait à vendre plus de 100 000 albums à ses débuts, Pérusse ne réussit plus le même score aux guichets aujourd'hui. Or, ce n'est pas parce que ses fans ne le suivent plus.

En juillet dernier, Juste pour rire lui a consacré un gala hommage. À son arrivée dans la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, le public a bondi, lui offrant une longue et bruyante ovation; il a aussi répété à voix haute les répliques pendant quelques numéros du spectacle.

«Ce gala m'a ouvert à de nouvelles perspectives. Je ne suis pas un gars de scène, j'ai trop le trac, mais j'ai constaté que mon univers se transportait assez bien sur scène. J'en ai parlé à Gilbert Rozon, qui m'a fait promettre de le rappeler si je me lançais dans un tel projet d'écriture», nous a-t-il confié.

Entre-temps, il est fier du travail accompli pour lancer son nouvel album, quoique l'idée de ne plus en sortir sur disque le chagrine.

«J'aime tenir un album physique entre mes mains. J'aime aussi l'idée que les gens puissent se le procurer, se le donner en cadeau, se l'échanger. Si on ne fait plus d'albums sur disque, il faudra regarder comment diffuser mes compilations de sketches autrement», a-t-il dit. L'humoriste ne met donc pas une croix sur une diffusion entièrement numérique.

Une critique politique

Dans son 10e tome, qui sort deux ans après son dernier disque, le ton de François Pérusse est toujours aussi bon enfant, quoiqu'un peu plus engagé politiquement.

«Ça ne doit toutefois pas devenir lourd, éditorialiste ou moralisateur. Je veux être drôle. Ça me fait plaisir quand les gens m'arrêtent pour me dire qu'ils ont écouté mes albums en boucle en descendant en voiture vers la Floride.»

Sur son nouveau disque, Pérusse se permet de critiquer les politiciens, dont le ministre de l'Éducation du Québec, qui se met les pieds dans le plat.

Or, afin que son matériel vieillisse bien, l'humoriste se garde de nommer les personnes par leur vrai nom. «De toute façon, le ministre qui aura ce portefeuille dans 10 ans trouvera toujours le moyen de s'enfarger dans ce qu'il dit», remarque celui qui voue malgré tout de même un grand respect à la classe politique.

En construisant son album, l'humoriste et musicien puise essentiellement dans ses sketches des deux dernières années. Cette fois-ci, puisqu'il célèbre cette année ses 25 ans de carrière, il s'est aussi permis de remonter plus loin, mettant à nouveau de l'avant certains personnages mythiques, comme l'homme qui magasine, l'animateur de radio communautaire et nul autre que Bob Hartley.

«Je n'ai pas le droit de ne pas mettre ces personnages, sinon on m'en aurait parlé de façon virulente», dit François Pérusse en ricanant.

N'empêche, à l'heure des bilans, l'exercice de fouiller dans ses plus vieux sketches n'a pas été de tout repos. Pour le segment parodiant l'accent acadien, il a fallu de nombreuses heures de recherche pour retrouver le sketch, dont la bande audio avait tout simplement été perdue.

«C'est la seule raison pour laquelle je ne l'avais pas diffusé dans un Album du peuple précédent. On avait perdu l'audio! Les gens en Acadie aiment beaucoup quand je ris avec eux. Quand je les visite, ils m'appellent «le ricaneux québécois» », s'est-il rappelé, sourire en coin.

________________________________________________________________________

HUMOUR. François Pérusse. L'album du peuple - Tome 10. Sortie le 27 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer