Interstellaires, une envie d'immensité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque fois que Mylène Farmer sort un album, c'est un événement extrêmement bien rodé. Son fan-club est fidèle et on pourrait même dire passionnel, ce qui explique pourquoi elle est la chanteuse française qui a vendu le plus d'albums en France, fracassant des records de vente pour ses tournées, de prix pour ses clips et dominant les palmarès des radios depuis des décennies.

Après trois ans d'absence, c'est un autre grand retour avec Interstellaires qui, comme le titre l'indique, dévoile une envie d'immensité chez l'artiste. «J'ai voulu l'appeler Interstellaires parce que je regarde beaucoup les étoiles. J'ai besoin d'espace. J'ai besoin de me projeter dans une forme immense, dans l'infini. Vous savez, parfois, les choses s'imposent à soi; on ne réfléchit pas plus que ça. C'est un mot qui vient, un texte et après, c'est l'invention d'un album.»

Pour ce 10e album, elle a travaillé avec l'un des producteurs de l'heure, The Avener il est derrière la chanson Stolen Car, ainsi qu'avec le producteur Martin Kierszenbaum, fidèle collaborateur de Sting, qui a d'ailleurs été le lien entre les deux artistes.

«Il a beaucoup de talent, laisse entendre Mylène Farmer. Il a des origines à la fois américaines et espagnoles... Il est très européen. Il a apporté beaucoup de choses musicalement, un son plus funky. C'était fascinant de travailler avec lui.»

Kierszenbaum avoue être un admirateur de longue date de Mylène Farmer. «J'aime tellement son travail. Les chansons ont tellement de couches, à la fois textuellement et musicalement. Elles viennent aussi avec un visuel, et pas seulement ça: elles viennent avec une histoire. Ce fut non seulement un privilège de travailler avec Mylène, mais, en ce qui concerne l'album, je pense qu'il y avait aussi un sens de l'aventure, de l'ouverture, une sorte de recherche de la dernière frontière. Ce fut une grande expérience.»

Alors que Sting se lance dans une tournée nord-américaine et avoue au passage espérer aller à Montréal, une ville qu'il aime, on demande à Mylène Farmer si elle donnera un jour un spectacle chez nous, elle qui est née au Québec de parents français et qui y a passé les huit premières années de sa vie.

«On a failli le faire sur la tournée Timeless, et puis, malheureusement, ça ne s'est pas fait. C'était trop difficile à transporter. Mais j'espère que la prochaine fois, on pourra. J'en ai très envie. Je suis née là-bas...»

________________________________________________________________________

POP. MYLÈNE FARMER. INTERSTELLAIRES. DEP UNIVERSAL MUSIC FRANCE.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer