Florence K: entre sagesse et intensité

Florence K présentait son spectacle I'm Leaving You... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Florence K présentait son spectacle I'm Leaving You en première montréalaise au Théâtre Maisonneuve hier soir.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

En toute honnêteté, il est impossible de ne pas reconnaître le talent de Florence K. On a encore eu l'occasion de le constater hier soir, avec son spectacle I'm Leaving You. Une première réussie pour la chanteuse au Théâtre Maisonneuve, non sans quelques bémols, pour un spectacle bien rodé, très léché, mais qui gagnerait à respirer une bouffée de folie et de liberté.

La soirée commençait avec la chanson Vol de nuit, suivie de I Like You as a Friend et de No salgo de aquí, ces deux derniers titres étant tirés de son plus récent album. Deux chansons aux textes un peu faibles et répétitifs, il faut le dire. Heureusement, elles étaient suivies de plusieurs morceaux bien choisis, comme I Can't Stand the Rain ou How Insensitive, superbement interprétés. Paradoxalement, la chanteuse brille davantage dans les reprises de grands classiques que dans les chansons de son propre album. On constate aussi que les pièces avec davantage de «groove» ou un côté blues plus appuyé font mieux ressortir le côté chaleureux et sensuel de sa personnalité, des qualités que l'on aimerait voir s'épanouir complètement.

Bonne chanteuse et pianiste accomplie, Florence K a du métier. Elle s'est aussi entourée d'excellents musiciens. Mention particulière pour le trompettiste Charles Imbeau, qui ajoute à lui seul plus de couleur au spectacle que tous les éclairages. Quatre autres instrumentistes l'entourent en tirant ce qu'ils peuvent d'arrangements efficaces, mais plutôt convenus.

Entre les chansons, la belle brune parle d'elle-même à travers des textes écrits par son amie, l'écrivaine Raphaëlle Germain. Ces textes sont drôles et intelligents, mais on se demande s'il ne serait pas préférable de laisser plus d'espace à l'improvisation, histoire de prendre des risques et de gagner en naturel. «Je suis une fille intense», dit la chanteuse vers le début du spectacle, avec multiples exemples à l'appui. On ne demande pas mieux que de la croire. Pourtant, il se dégage un petit côté scolaire de cette volonté de trop bien polir les angles. Cela ne l'empêche pas d'être adorée de son public, à qui elle a fait cadeau de plusieurs rappels très applaudis.

Artiste sincère et sympathique, Florence K donne beaucoup d'elle-même en spectacle, mais demeure peut-être trop en contrôle, ce qui laisse l'impression qu'elle ne s'abandonne pas complètement à la musique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer