Beach House: l'âge de raison? ***1/2

7... (Image fournie par Sub Pop/Bella Union)

Agrandir

7

Image fournie par Sub Pop/Bella Union

La PresseAlain Brunet 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nom de Beach House figure immanquablement parmi les plus importants lorsqu'il est question de dream pop, prolongement inspiré des ancêtres Cocteau Twins devenu carrément un sous-genre incontournable depuis les années 80.

De concert avec le réalisateur Chris Coady, soit à partir de l'opus Teen Dream, Victoria Legrand et Alex Scally avaient effectivement créé de magnifiques tableaux oniriques, mais... Que pouvaient-ils vraiment ajouter après avoir bricolé six albums dont certains avaient marqué la dernière douzaine d'années?

Après la sortie de Bloom en 2012, le tandem de Baltimore a progressivement épuisé ses ressources originelles; vu les limites mélodiques et harmoniques de ces chansons stratosphériques, l'habillage était essentiel au prolongement du voyage... et l'on en observait la redondance texturale depuis un moment. Conscients de la nécessité de changer de décor, Legrand et Scally ont oeuvré auprès de Sonic Boom (Peter Kember) et mené à terme ce 7. Ont-ils stoppé l'essoufflement conceptuel? Provisoirement, du moins, car ils offrent ici 11 titres bien sentis. L'usage des claviers et l'épandage de fluides électros, avons-nous noté, l'emportent sur celui des cordes électriques et des évocations shoegaze. Succincts, peu complexes, les textes suggèrent cette possible beauté émergeant du côté obscur, inhérent à la période actuelle. Les mots ici chantés évoquent aussi la sagesse et la résilience que procure l'assomption des traumatismes de l'existence.

Selon les principaux intéressés, par ailleurs, le chiffre 7 aurait été choisi notamment pour ses vertus numérologiques - parmi ses qualités, la simplicité du titre (et thème récurrent dans le cas qui nous occupe) mènerait l'auditeur à plonger plus aisément dans le contenu immersif de cet opus franchement réussi. Soit dit en passant, la chanson L'inconnue offre une portion française aux paroles chantées en canon (rappelons que Victoria est la nièce de Michel Legrand), et le chiffre 7 y est aussi évoqué. L'âge de raison? Allons-y pour une note de sept sur dix.

* * * 1/2

SYNTH POP, ÉLECTRO. Beach House. 7. Sub Pop / Bella Union.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer