Miguel, War & Leisure: pointure R&B, ***1/2

War & Leisure, de Miguel... (Photo fournie par la compagnie de disque)

Agrandir

War & Leisure, de Miguel

Photo fournie par la compagnie de disque

La PresseAlain Brunet 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'instar de Frank Ocean, D'Angelo, Maxwell, The Weeknd et autres Moses Sumney, Miguel doit être considéré parmi les plus importants réformateurs masculins de la scène R&B, conférant à la facture de son quatrième album studio des éléments hip-hop, funk, rock psychédélique ou même chicanos.

La tension entre mélodies contagieuses d'un chanteur en voix et cette testostérone sécrétée par la proposition musicale a produit un des mélanges les plus vivifiants de la pop afro-américaine cette année.

Le trentenaire ne se désolidarise pas pour autant de son patri... oups... héritage culturel afro-américain (et aussi mexicain côté paternel) en honorant des valeurs « old school » mises de l'avant par les coréalisateurs Raphael Saadiq (Tony ! Toni ! Toné !) ou Mark Pitts (Notorious B.I.G., Faith Evans), Jeff Bhasker (Kanye West, Jay-Z), Happy Perez ou encore Salaam Remi (Amy Winehouse, Fugees).

À défaut d'être visionnaire, cette production comporte assez d'éléments créatifs pour ne pas être confinée au domaine du vintage, encore moins à celui de la redite. Les rappeurs Travis Scott, J Cole et Rick Ross, la chanteuse Kali Uchis et d'autres invités rafraîchissent et équilibrent cette production hautement recommandable.

*** 1/2

R & B, War & Leisure, Miguel, ByStorm/RCA




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer