Tyler, The Creator: belle dualité ****

Scum Fuck Flower Boy, de Tyler, The Creator... (Image fournie par Columbia)

Agrandir

Scum Fuck Flower Boy, de Tyler, The Creator

Image fournie par Columbia

La PressePascal LeBlanc 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans même avoir obtenu un réel succès commercial, Tyler, The Creator est devenu en moins de 10 ans l'un des artistes les plus respectés et pertinents de la scène hip-hop américaine.

Comparer le Californien de 26 ans à Kanye West ou à Pharrell Williams n'est d'ailleurs pas une aberration. Comme ses deux idoles, il rappe, produit, fait le design en plus d'être à la tête de sa propre entreprise.

Sur son cinquième album, Scum Fuck Flower Boy, la comparaison est encore plus juste alors qu'il mélange à la perfection le côté furieux et provocateur de Kanye à celui joyeux et optimiste de Pharrell.

La dichotomie s'opère dans un premier temps dans le titre de l'oeuvre et se poursuit dans la variété des thèmes, des rythmes, des collaborations (Lil Wayne et A$AP Rocky, mais aussi Frank Ocean et Estelle) et surtout des propos, qui sont plus sincères que jamais dans le cas du leader d'Odd Future.

En plus de révéler sa solitude (911 / Mr. Lonely) et de regretter son bonheur lointain (November), Tyler semble dévoiler son homosexualité sur plus d'un titre, en particulier sur Garden Shed. «Garden shed for the garçons / Them feelings that I was guardin'.»

À moins que toute cette honnêteté ne soit que de la poudre aux yeux. Car quiconque écoute la musique de Tyler Gregory Okonma depuis Bastard (ou qui le suit sur Twitter) sait qu'il est un agitateur de première qui aime par-dessus tout garder les lignes floues.

* * * *

HIP-HOP. Scum Fuck Flower Boy. Tyler, The Creator. Columbia.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer