Antoine Corriveau: carburant noir ****

Cette chose qui cognait au creux de sa... (Image fournie par Coyote Records)

Agrandir

Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s'arrêter, d'Antoine Corriveau

Image fournie par Coyote Records

La PresseAlain Brunet 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est très foncé, c'est très beau. À prendre à petites doses, car ça gèle plus fort que le spleen. Les chansons défilent dans la pénombre, on pense à Angelo Badalamenti (Twin Peaks), à l'album de Portishead avec cordes, au travail de Georges Delerue (Platoon) et autres déploiements orchestraux issus de périodes antérieures à la nôtre.

Et oui, ça saute aux oreilles lorsqu'on tombe sur les arrangements et la structure harmonique de Juste un peu, qui rappellent étrangement Le chat du café des artistes, très grand cru de Jean-Pierre Ferland.

Or, nous sommes en 2016, de jeunes Kebs (Nicolas Grou, Marianne Houle, Rose Normandin) se plaisent (enfin!) à tisser de l'indie folk de chambre et du trip hop orchestral avec les meilleures chansons francophones d'Amérique au programme automnal: celles du doué Antoine Corriveau, un type aux humeurs noires, néanmoins (sur)vivant, poétiquement nourri aux rendez-vous volontairement loupés, aux atterrissages forcés, aux «hydravions qui s'écrasent sous l'eau», aux «désirs endormis», aux «points de départ ou de fuite», aux «trous à rats» et autres descentes en spirale.

Baissez les stores, fermez lumières, reculez l'heure. Novembre ne cessera jamais.

* * * *

CHANSON. Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s'arrêter. Antoine Corriveau. Coyote Records.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer