Sept jours en mai: un printemps hâtif ***1/2

La PresseAlain de Repentigny 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Écrire une chanson instantanée avec un(e) partenaire et un thème imposés, voilà qui a dû éveiller chez Michel Rivard de vieux souvenirs de la LNI.

Mais plutôt que de sentir la contrainte ou l'exercice scolaire, l'album Sept jours en mai, composé et enregistré en une semaine l'an dernier, est un vibrant témoignage de l'expérience stimulante qu'ont vécue ensemble Rivard, Luc De Larochellière, Mara Tremblay, Éric Goulet, Gilles Bélanger et Ariane Ouellet et Éric Prévost, des Mountain Daisies.

Si la première chanson - Au rythme où vont les choses, qui illustre bien cette démarche inhabituelle - renvoie aux harmonies vocales de Beau Dommage, la plupart des autres titres de cet album transcendent ce que l'on connaît de leurs créateurs individuels.

Quand un texte est plus convenu, sa musique le rachète aussitôt. Voilà un album tonique tout à fait en phase avec un printemps hâtif.

* * * 1/2

CHANSON. Sept jours en mai. Collectif. Spectra Musique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer