Simon Kingsbury: pêcher rien... et ça mord! ***1/2

La PresseAlain Brunet 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Autrefois du groupe Lac Estion, Simon Kingsbury signe un premier album solo, Pêcher rien. De la suite dans les idées... Quelques écoutes laissent entendre que la pêche est déjà bonne, même si le geste l'emporte apparemment sur la capture de la bête.

Primo, il y a cette voix de créature nocturne, capable de tenir puissamment et justement la note lorsque c'est requis.

Deuzio, des textes forts en images, en jeux de sonorités, en qualité d'introspection, en qualité d'errance ou de déprime pacifique, écrits en keb familier par Kingsbury et Savia D. Fleury.

Tertio, les guitares branchées ou débranchées, solidement grattées, révèlent une belle diversité harmonique.

Derrière tout ça, les rythmes basse/batterie s'en tiennent à une binarité d'intensité variable: du folk au rock. On est dans cette esthétique indie un peu datée, mais il s'agit néanmoins d'une belle introduction.

Ce Kingsbury a une patte dont on suivra la trace.

* * * 1/2

FOLK ROCK INDIE. Pêcher rien. Simon Kingsbury. Ad Litteram.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer