Myriam Alter: altérité... ****

La PresseAlain Brunet 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant les années 90, on a découvert avec plaisir la compositrice - et pianiste trop timide, puisqu'elle ne s'exprime que sur la pièce-titre - Myriam Alter. On en avait apprécié les touches séfarades, les bleus méditerranéens, les gris de la mer du Nord, les effluves de tango piazzolien ou même de bal-musette dans un jazz de chambre somme toute très contemporain.

Avec ce Cross/Ways, notre intérêt pour cette musicienne belge est maintenu, car elle a le don de nous amener ailleurs tout en nous laissant l'impression de fouler un sol familier.

De surcroît, ses orchestrations ont acquis plus de précision, les improvisations des solistes se fondent magnifiquement dans l'expression collective qu'engendrent ses compositions; on retient notamment le jeu exceptionnel de l'accordéoniste Luciano Biondini et du clarinettiste John Ruocco, auxquels se joignent le tubiste/tromboniste Michel Massot, le pianiste et arrangeur Michel Bisceglia, le contrebassiste Nic Thys et le batteur Lander Gyselinck.

Cela mène à croire que cet excellent jazz métis ne pourrait être imaginé ailleurs qu'en Europe.

* * * *

JAZZ/WORLD. Myriam Alter. Cross/Ways. Enja/Justin Time.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer