Félix Dyotte: solide fondation ***1/2

La PressePhilippe Beauchemin 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'ex-Chinatown a bricolé un premier disque solo avec quelques amis musiciens (notamment Philippe Brault et Francis Mineau). La fondation de l'oeuvre est solide, alors que ses échalas sont plantés dans les influences passées de la musique française.

À certains moments, on pense à Serge Gainsbourg (période Melody Nelson), à Benjamin Biolay, à la voix de Nicola Sirkis (Indochine) ou, surtout, à celle d'Étienne Daho.

La musicalité demeure simple; des instruments dits classiques (violon, violoncelle, contrebasse, flûte, piano) accompagnent les plus communs (batterie, guitare, clavier, basse). Résultat: un univers pop structuré, non agressif et accrocheur, où les couches sonores se superposent avec brio.

Côté textes, du déjà-entendu, alors que l'artiste se colle aux thèmes usuels de l'amour, des difficultés relationnelles et de la séparation. Si la plume est légère, elle n'est pas sans intérêt.

À écouter: Avalanches

* * * 1/2

POP FRANCO. Félix Dyotte. Félix Dyotte. Coyote Records.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer