Metronomy : doux écart ***1/2

La PresseÉMILIE CÔTÉ 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mais où est passée la basse dansante? C'est le regret qui a traversé notre esprit à la première écoute de la pièce-titre de Love Letters.

Heureusement, l'album propose une version beaucoup plus subtile de la chanson avec une douce introduction de cuivres. Metronomy livre un quatrième album introspectif et lo-fi, où Joseph Mount chante parfois comme Win Butler.

Love Letters délaisse les pistes de danse mais récompense notre patience avec de belles ballades enfumées (Month of Sundays, Never Wanted) et des douces méditations dansantes (Boy Racers, I'm Aquarius) truffées de claviers et de guitares langoureux seventies. Un bel écart de parcours dans le catalogue de Metronomy, et loin d'être un accident.

À écouter: The Upsetter

ÉLECTRO-ROCK

Metronomy

Love Letters

Because

***1/2




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer