Hospitality: se laisser prendre ***

La PresseÉmilie Côté 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Il y a cinq ans, l'album Trouble du trio Hospitality, de Brooklyn, aurait suscité deux fois plus d'enthousiasme. Or, il surfe sur une vague musicale qui s'étire et qui s'approche de sa chute.

Avec la voix suave de sa chanteuse Amber Papini, Trouble rappelle les univers de Camera Obscura et de Metric (époque Hustle Rose).

Cet album ne changera la vie de personne, mais il comprend quelques chansons qui accompagnent très bien un vendredi soir.

On tamise les lumières pour Going Out. On saute sur la piste de danse avec le riff rock d'I Miss Your Bones et les claviers new wave de Rockets and Jets. On rentre à la maison dans l'obscurité avec Inauguration et on s'endort avec la ballade acoustique Call Me After.

Oui, Trouble est de ces disques «pas si bons que ça» qu'on finit par écouter plus que prévu.

À écouter : Rockets and Jets

* * *

INDIE ROCK. Hospitality, Trouble, Merge Records.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer