Justin Timberlake de retour avec un nouvel album

À l'approche de la quarantaine, Justin Timberlake, désormais... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

À l'approche de la quarantaine, Justin Timberlake, désormais barbu et très porté sur la chemise en flanelle, se fait plus introspectif, et évoque sa condition de mari et de père.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rob Woollard
Agence France-Presse
MINNEAPOLIS

La star américaine de la pop Justin Timberlake, désormais marié et père, revient avec un nouvel album qui joue la sécurité avec l'ambition de rester pertinent, et une prestation très attendue dimanche à la mi-temps du Super Bowl.

Cinq ans après The 20/20 Experience, qui avait été au sommet des meilleures ventes de 2013 aux États-Unis, le chanteur s'est appuyé sur une équipe de producteurs, Timbaland et les Neptunes, qu'il connaissait déjà, pour conserver le son qui a fait son succès.

Man of the Woods, titre qui rappelle le prénom de son fils, Silas, dont la racine signifie forêt ou forestier, est le cinquième album de Justin Timberlake, qui a fêté mercredi ses 37 ans.

Quelques titres dansants, des ballades, la voix souple de «JT», des mmontées dans les aigus, tous les ingrédients de la recette sont là, avec une petite touche country, qui rappelle sa ville d'origine, Memphis.

À l'approche de la quarantaine, Justin Timberlake, désormais barbu et très porté sur la chemise en flanelle, se fait plus introspectif, et évoque sa condition de mari et de père.

La rédemption au Super Bowl

Après vingt ans de réussite, sans vrai creux, le chanteur a encore montré, en 2016, qu'il était toujours capable de se mêler à la lutte au sommet des ventes, avec l'hymne pop Can't Stop the Feeling, devenu sa meilleure vente de single.

Il aura l'occasion de tester sa popularité dès dimanche, à la mi-temps du Super Bowl, la finale du championnat de football américain, qui devrait attirer plus de 110 millions de téléspectateurs aux États-Unis.

C'est la troisième fois que l'ancien du boys band NSYNC est convié au rendez-vous, un record. Mais cette invitation tient de la rédemption, 14 ans après le scandale du «nipplegate».

Alors qu'il interprétait un duo avec Janet Jackson le 1er février 2004, il avait arraché, en direct, un bonnet de soutien-gorge de la chanteuse, révélant un sein et choquant tout un pays.

La séquence, qui avait été préparée par les deux chanteurs, même s'ils ne l'ont jamais reconnu publiquement, avait déclenché un séisme et durablement affecté la carrière de Janet Jackson, bien davantage que celle de Justin Timberlake.

Jeudi, lors d'une conférence de presse à Minneapolis, où aura lieu le Super Bowl, le chanteur, qui fait régulièrement l'acteur, a refusé de dire s'il y aurait avec lui un invité sur scène dimanche.

«Nous allons sortir quelques trucs avec ce show de la mi-temps qui n'ont jamais été faites», a néanmoins annoncé l'époux de l'actrice Jessica Biel.

Ce retour de Justin Timberlake a été accompagné de quelques critiques, certains regrettant que le chanteur n'ait pas témoigné davantage de solidarité à l'égard de Janet Jackson.

Il a aussi été taxé d'hypocrisie pour avoir salué la naissance du mouvement Time's Up alors que parallèlement, il n'avait pas pris, au contraire de beaucoup d'acteurs, ses distances avec le réalisateur Woody Allen, accusé d'agression sexuelle par sa fille adoptive Dylan Farrow.

Justin Timberlake est, en effet, à l'affiche du dernier film du metteur en scène new-yorkais, Wonder Wheel.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer