Le retour de Kesha

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après quelques années pénibles, Kesha a lancé son troisième album, Rainbow, vendredi. Retour sur les hauts et les bas de la chanteuse pop.

QUI EST KESHA ?

Kesha s'est fait connaître du grand public en 2009 à la suite de sa collaboration au succès Right Round de Flo Rida, pour laquelle elle n'aurait pas été payée. C'est d'ailleurs à la suite de cette situation, et en signe de riposte, qu'elle a décidé de changer la graphie de son prénom pour « Ke$ha » (avant de revenir, quelques années plus tard, à l'orthographe originale). La gloire mondiale arrive l'année suivante avec la sortie de son premier album, Animal, et son premier extrait, Tik Tok, qui se hisse en tête des palmarès. Kesha devient alors une des grandes vedettes internationales de la pop et accumule les honneurs. Deux ans plus tard, son deuxième album, Warrior, est lancé et est aussi couronné de succès, notamment grâce au titre Die Young. Après une longue bataille judiciaire contre son producteur Dr. Luke, la chanteuse a lancé hier son troisième album, Rainbow, un opus qui était fort attendu par ses fans.

SA BATAILLE CONTRE DR. LUKE

Dès le début de sa carrière, au milieu des années 2000 à Los Angeles, Kesha travaille avec le producteur Dr. Luke. Cependant, à quelques reprises, la chanteuse laisse entendre que ce dernier prend des décisions qu'elle n'apprécie pas tout à fait, notamment à propos des sujets et des paroles de ses chansons. Sa mère aussi s'en mêle et confie au site TMZ que sa fille souffre de troubles alimentaires et que Dr. Luke en est en partie responsable. D'autres proches avanceront également que le producteur se permet des commentaires cinglants sur le physique de la jeune femme en la comparant notamment à un réfrigérateur. Finalement, en 2014, Kesha lance une bombe dans l'univers de la musique en annonçant qu'elle poursuit Dr. Luke (Lukasz Sebastian Gottwald, de son vrai nom) pour agression sexuelle et harcèlement moral. Elle demande au tribunal de rompre le contrat qui la lie à lui et à sa maison de disques Kemosabe Entertainment, filiale de Sony. Le juge ne lui donne pas gain de cause, entre autres parce qu'il dit ne pas avoir assez de preuves médicales concernant les allégations d'agression sexuelle, et parce que Dr. Luke a affirmé en cour qu'il acceptait de ne plus s'impliquer dans la carrière de la chanteuse, proposant que d'autres producteurs chez Sony prennent le relais.

LES STARS DERRIÈRE ELLE

Lors de l'annonce du verdict, qui l'a contrainte à respecter son contrat en enregistrant ses prochains albums avec Sony, Kesha s'effondre en larmes. Sur les réseaux sociaux, des centaines d'internautes prennent alors sa défense avec le mot-clic #FreeKesha (libérez Kesha). Plusieurs personnalités féminines du milieu de la musique lui manifestent aussi leur soutien, dont Taylor Swift qui lui donne 250 000 $. Pour sa part, Lady Gaga écrit quelques messages sur les réseaux sociaux, notamment celui-ci : « Il y des gens partout dans le monde qui t'aiment, Kesha. Et je peux te dire que je suis ébahie par ton courage. » Adele a également profité de la tribune que lui offrait la soirée des Brit Awards 2016 pour exprimer publiquement son soutien à la chanteuse américaine.

POPRainbowKeshaRCA... (Photo de la pochette fournie par RCA) - image 2.0

Agrandir

POPRainbowKeshaRCA

Photo de la pochette fournie par RCA

SON NOUVEL ALBUM

Grâce entre autres à sa mère (l'auteure-compositrice Pebe Sebert), Kesha a appris très tôt à écrire des chansons. Elle signe ainsi tous les titres de Rainbow, lancé hier chez Sony. Cette semaine à l'émission Good Morning America, l'artiste a confié qu'elle s'est beaucoup livrée dans cet album, entre autres sur la dépression et le suicide. À propos de la vibrante chanson Praying, elle a dit en essuyant quelques larmes : « C'est la chanson la plus importante, puisqu'elle parle de la façon dont j'ai traversé une période très difficile. [...] Cet album a sauvé ma vie. » D'autres chansons font aussi écho à ce qu'elle a vécu dans les dernières années, dont Bastards, dans laquelle elle chante : « I could fight forever, but life is too short. Don't let the bastards get you down. Don't let the assholes wear you out. » (Je pourrais me battre pour toujours, mais la vie est trop courte. Ne laissez pas les bâtards vous abattre. Ne laissez pas les trous du cul vous épuiser.) Les premières critiques de Rainbow sont plutôt positives et il y a de fortes chances que cet opus trouve son public. Kesha entame également une tournée internationale, avec un arrêt à Toronto le 16 octobre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer