• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Grammy: le cas Beyoncé illustre-t-il un problème racial? 

Grammy: le cas Beyoncé illustre-t-il un problème racial?

Beyoncé reçoit le Grammy du meilleur album urbain... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Beyoncé reçoit le Grammy du meilleur album urbain contemporain pour Lemonade des mains du présentateur William Bell.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Shaun Tandon
Agence France-Presse
Los Angeles

Après Hollywood et les Oscars, c'est à présent l'industrie musicale et ses prix les plus prestigieux, les Grammy, qui se retrouvent au coeur d'une polémique et accusés d'un biais racial.

La superstar afro-américaine Beyoncé n'est une nouvelle fois pas parvenue dimanche à décrocher les principales récompenses aux Grammy Awards avec son album concept Lemonade, pourtant universellement acclamé.

Accompagné d'un film éponyme, c'est le plus sophistiqué et politiquement engagé de sa carrière, évoquant à la fois l'univers des femmes noires aux États-Unis et l'odyssée d'un couple en péril.

C'est la diva britannique Adele qui a récolté les prix les plus prisés pour son album de balades écorchées 25, dans la même veine que le précédent, 21.

Elle avait déjà remporté le tiercé de principaux Grammys pour 21 et entre ainsi dans l'histoire de ces prix.

Mais, fan déclarée de la «reine Bey», elle s'est jointe dimanche, ses cinq prix en mains, à ceux qui ne s'expliquaient pas que leur idole ne soit toujours pas consacrée et ne reparte qu'avec deux trophées plus mineurs (meilleure vidéo pour Formation et meilleur album urbain contemporain).

Que doit-elle faire?

«Qu'est-ce qu'il faut qu'elle fasse pour gagner l'album de l'année?», a déploré Adele.

Sur la scène du Staples Center, elle s'était lancée dans un vibrant hommage à Beyoncé, assurant que Lemonade était «exaltant» et «monumental».

Le triomphe d'Adele, spécialiste des balades mélancoliques sur les amours perdues, survient un an après que la pop-star Taylor Swift eut aussi récolté les principaux prix pour son album de succès légers sur les émois amoureux 1989. Elle avait évincé le rappeur noir Kendrick Lamar et son opus To Pimp A Butterfly, encensé par la critique et dont le titre Alright est devenu un hymne du mouvement Black Lives Matter.

Après la polémique sur les Oscars trop blancs des deux dernières années (suivie cette année d'un record de nominations d'acteurs noirs) une nouvelle controverse est en train d'émerger: les Grammy sont-ils eux aussi teintés de racisme?

Le New York Times a frontalement déclaré lundi: «GrammysSoWhite: les prix vont-ils regarder en face leur problème racial?»

Frank Ocean, le pionnier du hip-hop introspectif dont le premier album en 2013 s'est incliné face au folk anglais de Mumford & Sons, a choisi de ne même pas être candidat aux Grammy avec son album suivant, Blonde.

Après la cérémonie de cette année, le musicien a écrit une lettre ouverte aux organisateurs des Grammy leur demandant de discuter du «biais culturel et des dégâts pour les nerfs en général» occasionnés par le spectacle télévisé de dimanche.

«Ça fait mal»

Les Grammy, décernés par le vote de 13 000 professionnels de la musique membres de l'Académie du disque (Recording Academy) n'ont toutefois pas complètement ignoré Beyoncé: lauréate de 22 Grammy sur l'ensemble de sa carrière, elle est l'une des artistes les plus récompensées de l'histoire de ces prix.

Si Stevie Wonder est recordman ex-aequo pour avoir été sacré album de l'année trois fois, le prix principal a été particulièrement difficile à décrocher pour les afro-américaines: seules Natalie Cole, Lauryn Hill et Whitney Houston l'ont conquis.

«Lemonade parle vraiment de la manière dont les femmes noires sont traitées historiquement par la société», alors «d'une certaine façon ça colle qu'elle ait été laissée en plan», estime LaKisha Simmons, professeure d'histoire et d'études féministes à l'Université du Michigan.

«Beyoncé va s'en remettre», mais «pour le reste d'entre nous ça fait mal parce que ça semble presque dire "restez à votre place"», a-t-elle ajouté.

Aux Grammy, Beyoncé a fait sa première apparition en public depuis l'annonce qu'elle est enceinte de jumeaux, avec une performance acclamée en forme d'ode à la maternité et une allure de déesse.

Vu son immense puissance de frappe commerciale, elle est difficile à qualifier d'artiste expérimentale: en 2015 elle avait une fois encore manqué le titre d'album de l'année, au profit de Beck, artiste aux ventes bien moins spectaculaires.

Elle innove toutefois en permanence sur la manière de vendre des disques. L'album à son nom sorti en 2013 avait créé la surprise en étant accompagné d'une vidéo par chanson, et une diffusion initiale en streaming sur iTunes.

«Elle bouscule vraiment l'Académie du disque et l'industrie musicale», souligne Kevin Allred, qui a tenu des conférences sur Beyoncé à l'université Rutgers du New Jersey.

La pop-star «casse les règles avec succès», dit-il. «C'est aussi une femme noire avec un degré d'influence rarement égalé.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer