Leonard Cohen meurt à 82 ans

  • Leonard Cohen, le 30 janvier 1975 (Photo Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Leonard Cohen, le 30 janvier 1975

    Photo Archives La Presse Canadienne

  • 1 / 16
  • Leonard Cohen, en 1979 (Photo Archives La Presse)

    Plein écran

    Leonard Cohen, en 1979

    Photo Archives La Presse

  • 2 / 16
  • Leonard Cohen rencontre la presse à Toronto lors d'un vernissage de l'artiste Gigino Falconi, le 29 féˆvrier 1980. (Photo archives PC)

    Plein écran

    Leonard Cohen rencontre la presse à Toronto lors d'un vernissage de l'artiste Gigino Falconi, le 29 féˆvrier 1980.

    Photo archives PC

  • 3 / 16
  • Leonard Cohen, le 22 juillet 1988 (Photo Luc Simon Perreault, archives La Presse)

    Plein écran

    Leonard Cohen, le 22 juillet 1988

    Photo Luc Simon Perreault, archives La Presse

  • 4 / 16
  • Leonard Cohen, le 15 juillet 1990 (Photo Archives La Presse)

    Plein écran

    Leonard Cohen, le 15 juillet 1990

    Photo Archives La Presse

  • 5 / 16
  • Leonard Cohen, le 16 avril 1993 (Photo Archives La Presse)

    Plein écran

    Leonard Cohen, le 16 avril 1993

    Photo Archives La Presse

  • 6 / 16
  • Leonard Cohen, le 10 mars 2008, lors la cérémonie d'intronisation au Rock and Roll Hall of Fame, à New York (Photo Evan Agostini, archives AP)

    Plein écran

    Leonard Cohen, le 10 mars 2008, lors la cérémonie d'intronisation au Rock and Roll Hall of Fame, à New York

    Photo Evan Agostini, archives AP

  • 7 / 16
  • La maison d'enfance de Leonard Cohen, au 599 Belmont, à Westmount. (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

    Plein écran

    La maison d'enfance de Leonard Cohen, au 599 Belmont, à Westmount.

    Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

  • 8 / 16
  • Le parc King George, à Westmount, où Leonard Cohen a appris à jouer de la guitare. (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

    Plein écran

    Le parc King George, à Westmount, où Leonard Cohen a appris à jouer de la guitare.

    Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

  • 9 / 16
  • Leonard Cohen vivait rue Vallière, à Montréal. (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

    Plein écran

    Leonard Cohen vivait rue Vallière, à Montréal.

    Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

  • 10 / 16
  • Un chapeau de Leonard Cohen, sur la patère, chez lui, en 2014. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Un chapeau de Leonard Cohen, sur la patère, chez lui, en 2014.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 11 / 16
  • Le prix Miles-Davis du Festival de jazz de Montréal, photographié chez Leonard Cohen, en 2014. (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE)

    Plein écran

    Le prix Miles-Davis du Festival de jazz de Montréal, photographié chez Leonard Cohen, en 2014.

    PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

  • 12 / 16
  • Leonard et son fils Adam Cohen, également chanteur (Photo fournie par Sony Music)

    Plein écran

    Leonard et son fils Adam Cohen, également chanteur

    Photo fournie par Sony Music

  • 13 / 16
  • Le 17 avril 2009, Leonard Cohen se produit au Coachella Valley Music & Arts Festival, à Indio, en Californie. (Photo Chris Pizzello, archives AP)

    Plein écran

    Le 17 avril 2009, Leonard Cohen se produit au Coachella Valley Music & Arts Festival, à Indio, en Californie.

    Photo Chris Pizzello, archives AP

  • 14 / 16
  • Cohen au Festival de jazz de Montreux, en Suisse, le 4 juillet 2013. (Photo Sandro Campardo, archives AP)

    Plein écran

    Cohen au Festival de jazz de Montreux, en Suisse, le 4 juillet 2013.

    Photo Sandro Campardo, archives AP

  • 15 / 16
  • Le 14 mai 2012, Cohen reçoit le prix Glenn Gould, à Toronto, récompensant tous les deux ans un artiste vivant pour la contribution de son oeuvre au monde des arts. (Photo Mike Cassese, archives REUTERS)

    Plein écran

    Le 14 mai 2012, Cohen reçoit le prix Glenn Gould, à Toronto, récompensant tous les deux ans un artiste vivant pour la contribution de son oeuvre au monde des arts.

    Photo Mike Cassese, archives REUTERS

  • 16 / 16

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leonard Cohen, incontournable ambassadeur culturel de Montréal à travers le monde, n'est plus.

Véritable légende dans le domaine de la chanson et de la poésie, l'auteur-compositeur-interprète, reconnaissable au timbre grave de sa voix et à ses textes souvent sombres, mélancoliques ou dédiés aux femmes de sa vie, est mort aujourd'hui. M. Cohen avait 82 ans.

« C'est avec une profonde tristesse que nous annonçons que le poète, compositeur et artiste légendaire Leonard Cohen s'est éteint. Nous avons perdu l'un des visionnaires les plus prolifiques et les plus respectés du monde de la musique », a écrit son agent sur la page Facebook officielle. Une cérémonie sera organisée à Los Angeles « à une date ultérieure ». Les circonstances de sa mort sont inconnues pour le moment.

Amorcée à la fin des années 50, sa carrière de poète, qui s'est peu à peu muée en celle de chanteur, a vite fait d'enchanter et de fasciner des millions d'admirateurs de par le monde.

Mais Cohen fut aussi romancier, moine bouddhiste et activiste. De ce bourlingueur invétéré, on a pu suivre les pas aux quatre coins du monde.

La vie et la carrière de l'homme peuvent toutefois se décliner à travers quatre lieux où il avait pris racine : Montréal, Hydra, New York et Los Angeles.

Montréal

Leonard Cohen naît au sein d'une famille de confession juive à Montréal le 21 septembre 1934. Il grandit au 599 de la rue Belmont à Westmount, entouré de ses parents et de sa soeur aînée, Esther. Son père, Nathan, devait mourir en 1944.

Dès l'adolescence, il se met à l'écriture. Il remporte d'ailleurs des prix littéraires à l'Université McGill, son alma mater, où il reçoit un baccalauréat ès arts en 1955 et où il obtiendra un doctorat honorifique en 1992.

En mai 1956, un premier recueil de poèmes signé Cohen, Let Us Compare Mythologies, est publié. Sa carrière est ainsi lancée. En 1957, quelques mois après s'être inscrit au deuxième cycle à l'Université Columbia, Cohen récite six poèmes dans un disque intitulé Six Montreal Poets, où se retrouvent aussi Irving Layton, un ami cher, et Francis Reginald Scott.

C'est aussi au cours de cette période que le jeune adulte qu'est Leonard Cohen vit ses premiers épisodes de dépression, maladie qui le hantera toute sa vie.

Dès le début des années 60, grâce à une bourse, Cohen se rend en Europe, où il voyage beaucoup. Lorsqu'il est à Montréal, il prend part entre autres à des soirées de jazz. Il achète aussi, au prix de 7000 $, une petite résidence, boulevard Saint-Laurent, face au parc des Portugais.

Hydra

Au fil de ses déplacements, Leonard Cohen découvre l'île grecque d'Hydra, sise dans le golfe Saronique, au sud d'Athènes. Le Montréalais est charmé par cet endroit oublié par la modernité, où le temps s'écoule langoureusement.

En septembre 1960, il y achète une maison pour la somme de 1500 $. Trop heureux d'avoir trouvé un endroit aussi tranquille pour travailler, il écrit à sa mère Masha : « J'habite sur une colline où la vie est exactement la même depuis des centaines d'années. »

Plusieurs amis passent par là. Cohen fréquente l'auteur norvégien Axel Jensen et sa femme Marianne Ihlen (disparue le 28 juillet 2016), de laquelle il s'éprend et avec qui il passera quelques années. La chanson So Long, Marianne est issue de cette liaison.

So Long, Marianne (audio)

C'est aussi à Hydra que naît l'idée de la chanson Bird on a Wire. Lorsque des ouvriers plantent les premiers poteaux et fils de téléphone, Cohen se dit que la civilisation le rattrape malgré lui, mais il remarque aussi la présence d'oiseaux perchés sur ces nouveaux éléments du paysage aérien.

Cette maison, Cohen la possédera durant de longues années, y revenant régulièrement au fil de ses déplacements.

En mai 1961, l'éditeur McLelland & Stewart publie son deuxième recueil de poésie, The Spice-Box of Earth, suivi par la sortie de son premier roman, Jeux de dames, en 1963 au Royaume-Uni.

Déjà, son nom circule dans le milieu culturel. À preuve, les réalisateurs Don Owen et Donald Britten lui consacrent un documentaire, Mesdames et messieurs, M. Leonard Cohen, produit à l'ONF en 1965.

Durant la même période, plus précisément à l'hiver 1963-1964, il rencontre Suzanne Verdal, femme du sculpteur Armand Vaillancourt. Nouveau coup de foudre pour Cohen, qui écrit la chanson éponyme que tout un chacun reconnaît encore aujourd'hui dès les premiers accords.

New York

C'est à New York, en 1966, que Leonard Cohen sera aspiré, une fois pour toutes, par le domaine musical. Curieusement, l'homme était en route vers Nashville avec l'idée d'y devenir chanteur country.

À New York, Cohen est happé par la musique folk rock des Bob Dylan et compagnie. Cette rencontre se passe mieux que celle avec les beatniks, lorsqu'il était étudiant à Columbia à la fin des années 50.

Cohen passe une partie de son temps au mythique hôtel Chelsea de la 23e Rue. Une plaque en son honneur a d'ailleurs été posée dans l'édifice chouchou des intellectuels et artistes de tout acabit.

Il fait la rencontre, à l'automne 1966, de la chanteuse Judy Collins, à qui il montre deux de ses pièces : Suzanne et Dress Rehearsal Drag. Collins les intègre à son album My Life.

Suzanne est la première pièce de Songs of Leonard Cohen, le tout premier album du compositeur, paru le 27 décembre 1967. Le disque paraît chez Columbia, avec qui Cohen a signé son premier contrat quelques mois plus tôt.

C'est aussi à l'été 1967, le 22 juillet, que Leonard Cohen donne son premier concert à Montréal, au Pavillon de la jeunesse d'Expo 67. Selon l'horaire officiel publié dans La Presse, il participe ce jour-là à un événement de la série Jazz-Po en compagnie de Walter Boudreau. Leur concert est suivi par le spectacle d'un autre jeune chanteur populaire : Robert Charlebois.

Le lendemain, 23 juillet, alors que tout le Québec est interpellé par l'arrivée, à Québec, du général de Gaulle à l'occasion d'un voyage historique, Cohen est de retour au Pavillon de la jeunesse pour un concert avec Renée Claude et le Marocain Jacques Ben Dahan.

Au début des années 70, Cohen voyage, chante écrit, devient père et... provoque ! 

Son album Songs from a Room sorti à l'automne 1968, est suivi par la mise en marché d'un nouveau recueil, Selected Poems, qui reçoit le Prix du Gouverneur général. Cohen le refuse ! L'année suivante, le 4 mai 1970 (jour marqué par la fusillade l'Université Kent), il fait un salut nazi dans un concert à Hambourg, en Allemagne !

S'il refuse un prix du Gouverneur général, Cohen accepte un doctorat honorifique de l'Université Dalhousie en mars 1971 (il a 36 ans !) et sort l'album Songs of Love and Hate.

Ses deux enfants, Adam et Lorca, nés de sa liaison avec Suzanne Elrod, voient le jour respectivement en 1972 et 1974. Entre les deux, le chanteur et poète tente de s'enrôler dans l'armée israélienne pour participer à la guerre du Kippour. Les autorités préfèrent le faire chanter pour les troupes, décision à laquelle il se plie.

Los Angeles

De passage à Los Angeles à la fin de 1974, Cohen rencontre le producteur Phil Spector à la mythique boîte de nuit Troubadour du boulevard Santa Monica. Les deux hommes décident de travailler ensemble. Un album, Death of a Ladie's Man, sortira le 13 novembre 1977. L'album est très mal reçu. Ce sera leur seule collaboration.

En 1979 sort l'album Recent Songs, suivi, après une longue pause, de Various Positions, enregistré à New York et sorti au Canada en décembre 1984. C'est sur celui-ci qu'on retrouve les chansons Dance Me to the End of Love et Hallelujah. Suivront I'm Your Man (1988) et The Future (1992), disque inspiré par les émeutes raciales de Los Angeles en 1992 découlant de l'affaire Rodney King et par l'effritement du bloc de l'Est en Europe.

Hallelujah (en concert)

Los Angeles est aussi associée à deux autres événements d'envergure dans la vie du poète.

C'est en banlieue de cette ville, au monastère Mount Baldy Zen Center, que Cohen, devenu adepte du bouddhisme, se retire durant quelques années, de 1994 à 1999. Le 9 août 1996, il est ordonné moine et prend le nom de Jikan (Le Silencieux).

À l'autre bout du spectre, c'est aussi à Los Angeles que se déroule le retentissant procès de Kelley Lynch, ex-maîtresse et agente de Cohen qui, à son insu, a vendu ses droits et encaissé des millions de dollars.

Le chanteur se lance alors dans une longue saga judiciaire qui, à la mi-avril 2012, connaîtra une forme de dénouement lorsque Mme Lynch sera condamnée à purger une peine de prison de 18 mois pour harcèlement contre son ancien amant.

Précédemment, elle avait été condamnée à lui verser 7,3 millions US, mais Cohen ne percevra qu'une infime partie de cette somme.

S'il a continué à enregistrer des albums (I'm Your ManThe FutureTen New Songs) au fil des ans, Leonard Cohen prend une très longue pause (15 ans) de tournées avant de reprendre la route en 2008. À partir de ce moment-là, un Cohen infatigable et bardé de prix saluant l'ensemble de sa carrière sillonne tant les scènes des Amériques que celles de l'Europe, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Lorsque, en septembre 2014, sort son album Popular Problems, Cohen rencontre La Presse à New York et confie être un homme heureux alors qu'il franchit le cap des 80 ans.

« Je me sens revigoré et j'en suis très reconnaissant, dit-il. J'ai mes bons jours et mes mauvais jours, mais en comparaison avec ce que j'ai vécu pendant la majeure partie de ma vie, c'est-à-dire la dépression, c'est une situation complètement différente aujourd'hui. »

Le chanteur venait de lancer son 14e album, le 21 octobre dernier. L'opus You Want it Darker avait été très bien reçu par la critique.

La date des funérailles du poète et chanteur à l'éternel chapeau n'est pas connue.

You Want it Darker

Le Canada entier est en deuil

Le décès du chanteur Leonard Cohen à l'âge de 82 ans a plongé le Canada entier dans le deuil.

Les mots de condoléances de partout se sont multipliés, jeudi soir, sur Twitter (en voici une liste).

Le premier ministre québécois, Philippe Couillard, y a exprimé sa sympathie aux proches du défunt poète, natif de Montréal.

«La musique de Leonard Cohen était comme nulle autre, mais a pourtant transcendé les générations. Le Canada et le monde pleurent son départ», peut-on lire sur le compte du premier ministre canadien, Justin Trudeau.

La ministre fédérale du Patrimoine, Mélanie Joly, a quant à elle souligné qu'«un génie musical» nous a quittés.

«J'apprends le décès de Leonard Cohen, un monument de la culture québécoise qui nous laisse une oeuvre faite de lumière, d'ombre et de poésie», a pour sa part écrit le ministre québécois de la Culture, Luc Fortin.

De son côté, le chef péquiste, Jean-François Lisée, l'a érigé au rang de «plus grand parolier au monde».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a réagi à son tour à la triste nouvelle en partageant des enregistrements de prestations de l'auteur-compositeur-interprète.

Le chroniqueur Stéphane Laporte a lui aussi publié sur le réseau social, avançant que le poète natif de Montréal était «la voix de l'âme».

La chanteuse québécoise Ariane Moffatt a constaté que «même les immortels finissent par lever les pattes».

- Avec la Presse canadienne (Roxanne Ocampo-Picard, à Montréal)

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer