L'histoire d'une chanson: Le dernier homme

Flynn a commencé à travailler à son album... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Flynn a commencé à travailler à son album Sur la terre avec le réalisateur Louis-Jean Cormier, puis il l'a terminé avec Philippe Brault et Éric Goulet.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'ADISQ 2016

Arts

L'ADISQ 2016

Le Gala de l'ADISQ 2016 »

Tous les auteurs-compositeurs vous le diront, rien ne les passionne autant que de parler de l'acte d'écrire une chanson. Voici la petite histoire des chansons finalistes au gala de l'ADISQ racontée par ceux qui les ont créées.

Chanson: Le dernier homme

Paroles et musique: Pierre Flynn

Interprète: Pierre Flynn

Album: Sur la terre

L'étincelle

Pierre Flynn a écrit Le dernier homme au condo de sa soeur à Owl's Head en avril, quand la station de ski était déserte. C'est en allant se promener dans la montagne qu'il a trouvé l'inspiration.

Dans son cahier Canada, il a noté: «Je retrouve la montagne désertée et étrange comme un petit village fantôme, petite bourgade abandonnée en catastrophe par quelque radioactivité qui ne m'atteint pas, moi. Les condos impeccables vides, les stationnements vides, le remonte-pente immobile, les pistes tout en herbe, le lac s'étend au loin et cet après-midi je suis le dernier humain.»

«Je suis parti sur une rêverie», constate Flynn en se relisant. Il tenait l'essentiel de cette réflexion sur la solitude qui n'est pas étrangère à la démarche artistique.

La musique

Ce texte, Pierre Flynn allait pouvoir le coucher sur une musique qu'il avait déjà composée à la guitare en chantonnant tout ce qui lui passait par la tête. Pour l'identifier, il avait noté: Rub, EM et Lightfoot.

«Je suis un claviériste plus dans le rhythm and blues, mais je compose de plus en plus à la guitare et ça, c'est une des tounes les plus folk que j'ai faites, d'où l'allusion à [Gordon] Lightfoot. Rub, c'est pour Rubber Soul [des Beatles], mais ça ne paraît pas trop, c'est juste une régurgitation bien innocente, dit-il en chantonnant l'air d'In My Life. Rubber Soul en EM pour e minor, donc en mi mineur.»

La gestation

Flynn a commencé à travailler à son album Sur la terre avec le réalisateur Louis-Jean Cormier, puis il l'a terminé avec Philippe Brault et Éric Goulet.

«Pour Le dernier homme, j'avais cette musique à la guitare que j'avais composée et que j'ai donnée à Louis-Jean. C'est exactement la guitare que je joue sur le disque et en spectacle. Louis-Jean est parti de cette guitare et on a monté ça ensemble, Mario [Légaré, bassiste], Louis-Jean, moi et Marc-André Laroque [batteur]. Il n'y avait pas de drum au début, Marc-André battait le rythme avec ses pieds et en tapant sur ses cuisses. Marc-André est revenu ajouter du drum quand on a conclu la réalisation de l'album.»

L'impact

Pierre Flynn a vite su qu'il allait garder sa chanson Le dernier homme.

Je ne savais pas si elle irait loin, mais je savais qu'elle avait un hook fort», dit-il.

Avant de la confier à Louis-Jean Cormier, il l'a jouée dans la tournée Tous les garçons. «C'était la première toune du show», se souvient Flynn en riant. Puis, des diffuseurs lui ont proposé une tournée solo au cours de laquelle il l'a également chantée.

 J'ai fait une douzaine de shows comme ça, tout seul avec ma guitare, raconte Flynn. Et ça se tenait. Quand tu fais une toune en solo et que ça passe, peu importe l'habillement que tu vas lui donner, tu sais que le coeur de la chanson est solide.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer