• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Le procès pour plagiat de Stairway to Heaven s'ouvre 

Le procès pour plagiat de Stairway to Heaven s'ouvre

Jimmy Page et Robert Plant photographiés en octobre... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Jimmy Page et Robert Plant photographiés en octobre 2012 lors de la sortie du film musical Celebration Day.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frankie TAGGART
Agence France-Presse
Los Angeles

Les stars du légendaire groupe de rock Led Zeppelin, Jimmy Page et Robert Plant, étaient au tribunal de Los Angeles mardi lors de l'ouverture du procès pour plagiat de leur mythique ballade Stairway to Heaven.

Cette chanson parmi les plus célèbres de l'histoire du rock est une composition originale du groupe et ne doit rien à Taurus, un morceau instrumental du groupe psychédélique californien Spirit qui n'a jamais dépassé le succès d'estime, a affirmé lors de ses propos liminaires l'avocat de Led Zep', Peter Anderson.

Spirit accuse le groupe britannique d'avoir volé son morceau pour composer la mélodie de guitare mélancolique qui ouvre son tube légendaire.

Taurus est sorti en 1968, soit trois ans avant Stairway to Heaven, enregistré fin 1970 début 1971 à Londres.

Le guitariste de Spirit Randy Wolfe - Randy California de son nom de scène -, n'a jamais engagé de poursuites avant sa mort en 1997, mais une plainte a été déposée par Michael Skidmore, qui gère son patrimoine et qui était présent au tribunal.

«Cette affaire peut être résumée (en ces) mots: attribuez une création à qui de droit», a insisté l'avocat de M. Skidmore, Francis Malofiy.

Affaire de goût 

Il a recommandé au jury de 4 hommes et 4 femmes de considérer ce procès, qui devrait durer 4 à 5 jours, «presque comme un test de goût»: est-ce que les deux chansons «ont le même goût?».

L'avocat de la défense a lui affirmé que les membres du groupe, notamment le guitariste Jimmy Page et le chanteur Robert Plant, présents au tribunal mardi en costumes sombres, n'avaient jamais entendu Taurus avant d'entendre parler de la plainte.

L'accusation fait valoir à l'inverse que Led Zeppelin a joué en ouverture de Spirit lors de sa première prestation aux États-Unis en 1968 à Denver.

L'avocat du groupe a affirmé que Jimmy Page avait reconnu posséder l'album de Spirit sur lequel se trouvait le morceau en question, assurant toutefois qu'il n'y a «aucune preuve que, parce qu'il l'a en sa possession maintenant, il l'avait il y a 45 ans».

«Si vous écoutez les deux chansons, vous pouvez vous faire votre propre jugement. C'est un véritable... Je dirais que c'était du vol», avait déclaré Randy California dans un magazine juste avant sa mort, des affirmations présentées dans la plainte.

Après deux années de procédure judiciaire, le juge fédéral Gary Klausner n'a pas décidé que la chanson avait été plagiée mais a estimé qu'il y avait assez de matière pour un procès.

Robert Plant, Jimmy Page et le pianiste John Paul Jones - le quatrième membre du groupe, le batteur John Bonham, est mort en 1980 - ont soumis au tribunal une déclaration dans laquelle ils affirment ne jamais avoir eu d'interaction substantielle avec Spirit ou avoir écouté la musique du groupe.

Ils affirment que l'ouverture de Stairway to Heaven (une séquence de guitare en la mineur) est utilisée en musique depuis des siècles et que la plainte omet le reste de la chanson, qui dure près de huit minutes.

Le juge a contesté cet argument, affirmant que les deux chansons présentent d'autres similitudes, y compris la ligne de basse.

Michael Skidmore n'a pas chiffré sa demande de dommages et intérêts. Les spéculations dans la presse musicale vont d'un dollar symbolique assorti d'un crédit reconnaissant la contribution musicale à l'écriture de la ballade mythique, à 40 millions de dollars.

La plainte affirme aussi que Led Zeppelin «a une longue tradition (en matière) de se servir des compositions d'artistes de blues et d'autres auteurs sans jamais les créditer».

À l'appui, elle cite 16 autres chansons qui ont fait l'objet de litiges, beaucoup ayant donné lieu à des accords amiables comprenant un crédit d'écriture et une compensation financière. Les tubes Whole Lotta Love et Babe I'm Gonna Leave You en font partie.

Ce procès entre dans une série de litiges pour plagiat très médiatisés dans le secteur de la musique.

La famille de la légende soul Marvin Gaye s'est vue octroyer 7,4 millions (condamnation ultérieurement réduite de deux millions de dollars) l'an dernier par un jury qui estimait que Blurred Lines, un tube de Robin Thicke et Pharrell Williams, avait pillé la célèbre chanson Got to Give It Up.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer