Le Mali rend hommage à Ali Farka Touré

Ali Farka Touré... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Ali Farka Touré

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Bamako, la capitale malienne, s'est dotée lundi d'une Place Ali Farka Touré inaugurée en présence d'autorités et de proches de ce musicien malien légendaire décédé il y a dix ans jour pour jour, a constaté un journaliste de l'AFP.

Parmi les présents à la cérémonie symbolique organisée dans le quartier de Lafiabougou (ouest), figuraient un de ses fils, également musicien, Vieux Farka Touré, une de ses veuves, la Néerlandaise Henriëtte Kuypers-Touré, son ami et producteur Nick Gold, patron de la maison de disques britannique World Circuit, ainsi que de représentants du ministère malien de la Culture.

Après l'inauguration de la Place Ali Farka Touré où se dresse une statue à son effigie, la cérémonie d'hommage s'est poursuivie par la pose de la première pierre d'une rue pavée à son nom, également à Lafiabougou, où il a vécu.

La journée a pris fin avec le vernissage d'une exposition au Musée national du Mali, où des photos donnent à voir une triple facette de lui: le musicien, le cultivateur et le maire de Niafunké, ville du nord du Mali où il avait une ferme et où il a été inhumé.

«Ali n'est pas mort, il continue d'inspirer de nombreux musiciens talentueux», a déclaré Mme Kuypers-Touré venue à Bamako pour l'hommage avec une de leurs trois filles. «Il y a une nouvelle génération d'artistes qui ont leur propre style, mais ils ont tous écouté Ali Farka Touré», a-t-elle ajouté.

Il «avait un jeu spécial, que j'adopte moi-même. Je continue à oeuvrer dans tout ce qu'il a fait, à pousser la musique là où il voulait l'emmener», a de son côté dit Vieux Farka Touré.

Pour Nick Gold, Ali Farka était quelqu'un de «tout à fait unique», qui a «modernisé la musique» sans l'avoir étudiée au préalable.

«Il est parti de la musique traditionnelle et a trouvé le moyen de (la) communiquer à ceux qui sont en dehors de sa tradition», a-t-il salué.

Lundi était le dernier jour des manifestations organisées à Bamako en hommage au défunt musicien, selon sa Fondation, créée en 2005. Un concert s'est tenu samedi, suivi dimanche d'un tournoi de football.

Ali Farka Touré est décédé le 7 mars 2006 à l'âge de 67 ans, des suites d'un cancer. Musicien multi-instrumentiste et autodidacte doté d'une impressionnante culture musicale, il est né en 1939 à Kanau, dans le nord du Mali, sur les bords du fleuve Niger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer