Décès de David Bowie: des mystères demeurent

L'artiste de rue australian James Cochran, a peint... (PHOTO AFP)

Agrandir

L'artiste de rue australian James Cochran, a peint cette oeuvre en hommage à David Bowie.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maureen Cofflard
Agence France-Presse
Londres

Au lendemain de l'annonce du décès de la légende du rock David Bowie qui a déclenché une vague d'hommages, le lieu de sa mort ou de ses obsèques et le type de cancer qui l'a emporté demeuraient mardi des mystères, chose étonnante dans le monde hyperconnecté d'aujourd'hui.

La nouvelle est tombée lundi au petit matin, trois jours après la sortie de son 25e album Blackstar, pour son 69e anniversaire. «David Bowie est mort paisiblement aujourd'hui entouré de sa famille à l'issue d'un courageux combat de 18 mois contre le cancer», indiquait un court message posté sur les comptes officiels du chanteur sur les réseaux sociaux et daté de dimanche.

Le chanteur aux 140 millions d'albums vendus en plus de 45 ans, né dans le quartier de Brixton, dans le sud de Londres, habitait depuis plusieurs décennies à New York ce qui a conduit plusieurs médias à en déduire qu'il était mort dans la mégapole. Le tabloïd new-yorkais The New York Post pensait quant à lui savoir qu'il était décédé «chez lui à Londres».

Sans annonce officielle, l'endroit où le chanteur a expiré restait mardi un mystère tout comme celui où il sera enterré - ou incinéré. Contacté mardi par l'AFP, sa maison de disque Columbia Records n'a souhaité faire aucun commentaire.

Face à ces inconnues, les fans ont choisi de lui rendre hommage devant tous les lieux connus où il a vécu, de Londres à New York en passant par Berlin où l'artiste se réfugia à la fin des années 1970 pour retrouver l'inspiration. Dans son quartier natal de Brixton, c'est en chantant que plus de 2000 fans ont choisi de célébrer leur idole, entonnant notamment Space Oddity et dansant sur ses succès une partie de la nuit.

Très discret sur sa vie privée, le chanteur se faisait rare dans les médias depuis un accident cardiaque en juin 2004. Pour autant, il n'avait jamais cessé de créer et avait récemment multiplié les projets: générique de série, comédie musicale, quelques apparitions comme sur le dernier album de The Arcade Fire, semblant redevenir celui qui dictait la mode dans les années 1970.

Il est apparu pour la dernière fois le 7 décembre à New York lors de la première de sa comédie musicale baptisée Lazarus.

Cancer du foie

Selon le Belge Ivo van Hove, qui a mis en scène cette comédie musicale qui doit se jouer jusqu'au 20 janvier au New York Theatre Workshop, le chanteur souffrait d'un cancer du foie.

«Il m'a confié il y a un an et trois mois qu'il avait un cancer du foie (...) Il a dit ça parce qu'il savait qu'il ne serait pas toujours capable d'être présent», a-t-il déclaré sur les ondes de la radio néerlandaise NPO Radio 4. Là encore, aucune confirmation officielle n'est venue valider ces informations.

«Les acteurs n'étaient pas au courant et je pense que les musiciens qui ont travaillé avec lui sur Blackstar (son 25e et ultime album) ne savaient pas non plus», a avancé le metteur en scène dans le quotidien néerlandais NRC Dutch.

Évoquant la première à New York, Ivo Van Hove a confié que le chanteur «s'était évanoui» en coulisses. «J'ai réalisé que c'était peut-être la dernière fois que je le voyais», a-t-il ajouté.

L'artiste était ainsi parvenu à tenir quasiment secrète sa maladie, absent depuis des mois sans susciter trop de questions.

Un véritable exploit selon l'hebdomadaire britannique The Spectator. «Dans cette période d'excès d'information, quand partager à outrance est devenu virtuellement obligatoire, la décision de Bowie de souffrir loin des feux de la rampe, entouré de ses proches, semble presque une réussite herculéenne», salue Brendan O' Neill dans une tribune.

Pourtant, ces derniers jours, sa deuxième épouse Iman, ancienne top model d'origine somalienne, épousée en 1992 et avec laquelle il a une fille de 15 ans, Alexandria, avait publié plusieurs messages, rétrospectivement très poignants et annonciateurs de la triste nouvelle.

«Parfois vous ne connaissez pas la valeur d'un moment jusqu'à ce qu'il devienne un souvenir», avait-elle écrit samedi.

Pour Tony Visconti, son producteur de longue date, David Bowie a choisi de faire de son dernier album, sorti et placé sous le signe d'une mystérieuse étoile noire, «un cadeau d'adieu» pour ses fans. «Il a fait Blackstar pour nous», a-t-il écrit sur son compte Facebook.

Un concert en son hommage a été annoncé pour le 31 mars au Carnegie Hall à New York.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • David Bowie 1947-2016: il nous a encore eus

    Musique

    David Bowie 1947-2016: il nous a encore eus

    David Bowie nous aura mystifiés jusqu'à la toute fin. On n'espérait plus rien de lui quand il a refait surface avec l'album The Next Day, en... »

  • David Bowie: souvenirs de Montréal

    Musique

    David Bowie: souvenirs de Montréal

    Montréal n'a pas vu le Bowie des débuts ni Ziggy Stardust, son célèbre personnage androgyne, porte-étendard du glam-rock. Mais, en près de 30 ans,... »

  • David Bowie: visionnaire jusqu'à sa mort

    Musique

    David Bowie: visionnaire jusqu'à sa mort

    «Regardez en haut, je suis au paradis», chante David Bowie dans le clip de Lazarus, sorti la semaine dernière, où il incarne un homme malade... »

  • Extraterrestre bisexuel, David Bowie a brisé des tabous

    Musique

    Extraterrestre bisexuel, David Bowie a brisé des tabous

    Venu chanter sur une télévision britannique en 1972, la toute nouvelle star du rock qu'était à l'époque David Bowie avait enlacé le guitariste Mick... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer