Le top 5 de Daniel Glick

Daniel Glick... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Daniel Glick

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour clore l'année musicale 2015, La Presse a demandé à cinq directeurs artistiques ou programmateurs de festivals de donner leurs coups de coeur de l'année. Aujourd'hui : Daniel Glick, d'evenko.

Directeur «concerts et événements» chez evenko depuis 2011, Daniel Glick partage les plus hautes responsabilités de la programmation pour les festivals de la plus puissante machine à spectacles de Montréal : Osheaga, ÎleSoniq, Heavy MTL, YUL EAT. Il fait partie de cette nouvelle génération de promoteurs et directeurs artistiques bien en phase avec leur époque.

1. Leon Bridges, Coming Home

«J'ai adoré cet album. Cette musique est nouvelle mais comporte des éléments de vieille soul. Pour moi, ce son est tout simplement rafraîchissant, d'autant plus qu'il est proposé par un artiste résolument actuel. Ce style "nouveau-rétro" peut frapper quiconque est sensible à la bonne pop. Avec ma femme et mon nouveau bébé, j'ai beaucoup écouté cet album. C'est idéal pour un environnement sonore familial.»

2. Kendrick Lamar, To Pimp a Butterfly

«J'ai vu Kendrick Lamar au WayHome Festival [près de Barrie, en Ontario] et je l'ai aussi adoré à Osheaga - avec Mos Def, ce fut formidable. C'est certainement l'un des meilleurs rappeurs et MC des dernières années, peut-être le meilleur. J'ai écouté énormément To Pimp a Butterfly dès sa sortie, souvent en faisant marcher mon chien. Chaque écoute était une nouvelle expérience de découverte : les détails jazz, funk, électro ou soul ont progressivement émergé.»

3. Tame Impala, Currents

«C'est un album que j'écoute lorsque je travaille tard en soirée ou lorsque que je repasse des dizaines de courriels. Currents m'emmène toujours dans une zone très agréable. J'aime la dimension psychédélique de cet album, qui se trouve décuplée sur scène. Étant promoteur d'événements, c'est un très grand plaisir pour moi que de voir un groupe grandir, devenir important. La première fois que nous avons présenté Tame Impala, c'était au Café Campus... Au printemps dernier, on l'a produit deux fois au Métropolis !»

4. Israel Nash, Israel Nash's Silver Season

«Il est né au Missouri... il a quatre albums. C'est un excellent artiste folk-rock, un peu dans la lignée de Neil Young. Il n'est pas aussi rugueux que Kurt Vile ; il peut se rapprocher de Wilco et il a une voix superbe. Je l'ai découvert il y a quelques années, mais il demeure assez confidentiel. Pour vous donner une idée, il a joué au Quai des Brumes en octobre dernier. Un petit spectacle, d'accord, mais je pense que le meilleur est à venir pour lui. Sa carrière connaîtra un véritable envol.»

5. Father John Misty, I Love You, Honeybear

«J'aime beaucoup cet album. Cet artiste a un humour exceptionnel, souvent au deuxième degré et il ne se prend pas trop au sérieux. J'adore sa performance sur scène ; il établit une vraie relation avec son public. Il est drôle, spirituel, très intelligent. Il joue avec des éléments personnels et sociaux, il est capable de rire de lui-même.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer