Gala de l'ADISQ: Jean Leloup couronné

Jean Leloup... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Jean Leloup

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'ADISQ 2015

Arts

L'ADISQ 2015

Le Gala de l'ADISQ 2015 »

Les temps changent, mais dans un certain ordre logique. Si les groupes et artistes récompensés dimanche - les Marie-Pierre Arthur, Ariane Moffatt, Philippe Brach et Galaxie - viennent la plupart du champ musical gauche, il fallait bien que le roi de la soirée soit Jean Leloup, le parrain des musiciens alternatifs capable de toucher le grand public.

Il est l'interprète et l'auteur-compositeur de l'année. Il a l'album rock et la chanson de l'année pour À Paradis City et le prix du choix de la critique. Le roi Jean Leloup a poursuivi son sacre du premier gala de l'ADISQ, dimanche soir, dans celui animé pour une 10e fois par Louis-José Houde.

«Je me suis pratiqué, je vais mieux faire cela», a déclaré Leloup la deuxième fois qu'il est monté sur scène dans un discours qui a fait rire la foule. Un discours qui n'allait pas en s'améliorant, mais qui témoignait du fait que Leloup était agréablement dépassé par autant d'honneurs. En salle de presse, il a fait pour les médias sa célèbre chorégraphie virale alors que son équipe cherchait son troisième Félix remporté dimanche. «De voir tous ces sourires, c'est l'fun», a-t-il déclaré en point de presse.

Cela ne s'invente pas. C'est à 22h22 qu'Ariane Moffatt a fait son discours pour le prix de l'interprète de l'année. «Je crois rêver.»

La mère de jumeaux a aussi remporté le Félix du meilleur album pop. Un prix qu'elle voulait ardemment compte tenu du fait que son album 22h22 soit «très intime» et en lien avec sa maternité. «Cela fait 15 ans que je suis dans ce milieu-là. Il y a quelque chose de rassurant de savoir que le public est encore là.»

La domination de Leloup a été telle que Louis-Jean Cormier, qui avait récolté autant de nominations que lui, est reparti bredouille des deux galas. Pareil pour Alex Nevsky, Marc Dupré et Marie-Mai.

Philippe Brach a remporté le Félix prestigieux de la révélation de l'année. Pour lui, ce prix va surtout à son équipe. «C'est ma perfo qui me stressait le plus. Je m'en crisse un peu du trophée. C'est pour les gens de l'Équipe Spectra qui se bottent le cul à l'année pour moi. Ils ont la preuve qu'ils ne travaillent pas dans le vide.»

Philippe Brach... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Philippe Brach

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Autre preuve que les temps changent: Marie-Pierre Arthur a remporté le prix de l'album adulte contemporain pour Si l'aurore. Ses amis de Galaxie, forts du Félix du meilleur album alternatif, ont été sacrés groupe de l'année.

L'an dernier, le système de votation a changé dans les quatre catégories populaires. Maintenant, la moitié du vote vient du choix public et l'autre de celui des membres de l'Académie.

À voir les artistes récompensés dimanche soir, pas de doute: un changement de garde s'est opéré au Québec au cours des dernières années. «Que je remette le premier Félix à vie de Marie-Pierre Arthur et que Pierre Lapointe m'ait remis le mien (celui du meilleur album pop qu'il a lui-même remporté il y a 10 ans), c'est spécial. On a réussi à exister auprès du plus grand public sans être dans la variété», a souligné Ariane Moffatt.

«C'est la famille, c'est spécial», a dit Olivier Langevin, le chanteur et guitariste de Galaxie. «Des artistes qui font beaucoup de spectacles et cela me réjouit», a ajouté son comparse batteur Pierre Fortin.

Au-delà de la nouvelle réglementation de l'ADISQ (qui évite notamment que le public vote pour un artiste ou groupe inactif lors de la période des nominations), le clivage s'est sans contredit rétréci entre les champs alternatif et grand public.

Michaud, Boulay

Fred Pellerin a remporté le Félix du meilleur album folk pour Plus tard qu'on pense, qui s'est ajouté à celui du meilleur vendeur remis lors du premier gala de l'ADISQ, il y a deux semaines.

Il se prépare maintenant à monter sur scène. «J'ai sorti trois albums et je n'ai jamais joué le jeu de partir en tournée avec la façon habituelle de faire les choses», a-t-il dit à La Presse.

Pour Pellerin, habitué à des tournées de 400 spectacles comme conteur, il s'agira d'une «tournette» de 48 dates. «Pas de supplémentaires. Les chansons, c'est ma shed. Je vais bizouner dans la shed. Ça va être un trip de gang de cinq mois. Un voyage de pêche, indique-t-il. Nous avons trois albums donc c'est un beau problème de partir avec un cheptel de 40 tounes. »

Les Félix du meilleur spectacle sont allés à Patrice Michaud (catégorie auteur-compositeur) et à Isabelle Boulay (catégorie interprète pour son hommage à Serge Reggiani). «J'ai le plus d'émoi avec les prix du spectacle de l'année et celui de l'interprète de l'année car cela réfère mon lien avec le public. Mon métier, c'est d'être sur scène», a-t-elle dit à La Presse.

Quant à Patrice Michaud, il complète un doublé. Il ajoute au Félix du meilleur album folk pour Mécaniques générales remporté l'an dernier celui du meilleur spectacle. «Cette fois-ci, c'est le couronnement de tout le monde qui gravite autour et en dedans du show.»

Louis-José Houde... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Louis-José Houde

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Douze Félix étaient remis lors de la soirée, télédiffusée en direct de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Les autres trophées ont été décernés lors du premier gala de l'ADISQ et d'une troisième cérémonie hors d'ondes, le 27 octobre dernier.

Après un duel de trio de batteurs incluant Louis-José Houde, la soirée s'est ouverte avec Jean Leloup, qui a eu droit privilège de roi à du temps d'antenne pour deux chansons, À Paradis City et Voyageur.

Houde a fait un numéro d'ouverture et il s'est moqué de certains traits de l'industrie musicale, dont les artistes qui partent à la soi-disant conquête de l'Europe ou des États-Unis.

Plus sérieusement, l'animateur du gala de l'ADISQ depuis 10 ans a aussi souligné au micro que les artistes portaient un macaron remis par l'Association québécoise de l'industrie du disque et du spectacle visant à dénoncer la demande des radios commerciales auprès du CRTC d'abaisser les quotas de musique francophone de 65 à 35%.

C'est sans doute venu aux oreilles de Mélanie Joly, la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, qui assistait au 37e gala de l'ADISQ dimanche soir, ou du moins à son apéro.

Les gagnants

ALBUM DE L'ANNÉE -  ADULTE CONTEMPORAIN: Si l'aurore, Marie-Pierre Arthur

ALBUM DE L'ANNÉE -  FOLK: Plus tard qu'on pense,  Fred Pellerin

ALBUM DE L'ANNÉE -  POP: 22h22, Ariane Moffatt

AUTEUR OU COMPOSITEUR DE L'ANNÉE: Jean Leloup pour À Paradis City

CHANSON DE L'ANNÉE: À Paradis City, Jean Leloup

GROUPE OU DUO DE L'ANNÉE: Galaxie

INTERPRÈTE FÉMININE DE L'ANNÉE: Ariane Moffatt

INTERPRÈTE MASCULIN DE L'ANNÉE: Jean Leloup

RÉVÉLATION DE L'ANNÉE: Philippe Brach

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer